Le Conseiller principal du président des États-Unis Jared Kushner a exprimé, mardi à Rabat, sa reconnaissance à Sa Majesté le Roi Mohammed VI pour son leadership visonnaire, qui place le Maroc et l’ensemble de la région sur une trajectoire très prometteuse.

“Je suis particulièrement reconnaissant à SM le Roi Mohammed VI pour son leadership visionnaire, qui place le Maroc et l’ensemble de la région sur une trajectoire très prometteuse”, a dit M. Kouchner lors d’un point de presse à l’issue de la signature, devant le Souverain, d’une Déclaration

Le “leadership visionnaire” de SM le Roi place la région sur une “trajectoire prometteuse” (Jared Kushner)
Texte

Rabat, 22/12/2020 (MAP), Le Conseiller principal du président des États-Unis Jared Kushner a exprimé, mardi à Rabat, sa reconnaissance à Sa Majesté le Roi Mohammed VI pour son leadership visonnaire, qui place le Maroc et l’ensemble de la région sur une trajectoire très prometteuse.

“Je suis particulièrement reconnaissant à SM le Roi Mohammed VI pour son leadership visionnaire, qui place le Maroc et l’ensemble de la région sur une trajectoire très prometteuse”, a dit M. Kouchner lors d’un point de presse à l’issue de la signature, devant le Souverain, d’une Déclaration Conjointe entre le Maroc, les Etats-Unis et l’État d’Israël.

Rappelant que le Maroc est l’un des partenaires “les plus anciens et les plus proches” des Etats-Unis, M. Kushner a souligné que les deux pays, qui viennent de célébrer le 243e anniversaire de la reconnaissance des Etats-Unis par le Royaume en 1777, entretiennent des relations “plus solides que jamais”.

“Nous n’oublierons jamais que le Maroc ait été le premier pays à reconnaître les Etats-Unis”, a affirmé le haut responsable américain.

S’arrêtant sur la question du Sahara marocain, M. Kushner a relevé que chacune des administrations américaines, depuis celle du président Bill Clinton, a affirmé son soutien à l’initiative “sérieuse, crédible et réaliste” du Maroc pour une autonomie au Sahara.

En annonçant sa reconnaissance de la souveraineté du Maroc sur le Sahara, le président Donald Trump “rejette le statu quo qui ne bénéficie à personne, et choisit d’aller vers une solution juste, durable et mutuellement acceptable, une solution qui a du sens et qui a plus de chance d’améliorer le quotidien des gens”, a dit le Conseiller du président US.

Une “autonomie réelle” est “l’unique option réalisable”, a-t-il encore affirmé, réitérant l’appel de son pays à toutes les parties “à œuvrer de manière constructive avec les Nations unies afin d’aller de l’avant dans le processus de négociations”.

Par ailleurs, le haut responsable a dit attendre “avec impatience” l’ouverture d’un consulat américain à Dakhla “pour faire avancer davantage les efforts diplomatiques et cueillir les fruits des efforts tangibles du Maroc en faveur des Provinces du Sud et au delà”.

Il est grand temps de placer toute la région et ses peuples sur un “chemin de transformation réelle vers davantage de paix, de stabilité et prospérité”.

À LIRE  Vaccination massive contre la Covid-19 : L’avant-gardisme royal à l’œuvre

De son côté, M. Meir Ben-Shabbat, Conseiller à la sécurité nationale de l’État d’Israël, a exprimé, au nom du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, sa “profonde estime” à Sa Majesté le Roi Mohammed VI pour son “leadership courageux et sa vision éclairée”, se disant “fier de se retrouver au Royaume à la tête d’une délégation israélienne officielle pour établir des relations avec le Maroc”.

Il s’est dit convaincu que les “liens entre le Palais Royal, et en fait l’ensemble des Marocains, avec les juifs du Maroc constitueront un pont entre les deux pays, et l’une des fondations de la paix entre les deux peuples”.

Le responsable israélien s’est dit particulièrement touché par cette visite à un pays qui a vu naître son père et ses frères, “ainsi que des milliers de juifs d’origine marocaine”, soulignant que les us et coutumes des juifs marocains “se perpétuent” en Israël à travers les générations actuelles.

Le Conseiller à la sécurité nationale d’Israël a tenu à souligner les “possibilités sans limites” de coopération avec le Maroc dans les domaines de l’aviation, de la créativité, des sciences, de la santé et de l’agriculture, entre autres.

Intervenant à cette occasion, le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, a affirmé que la visite de la délégation américano-israélienne constitue un “événement historique et important”.

Elle intervient en application des éléments de la conversation téléphonique entre SM le Roi Mohammed VI et le président Donald Trump, qui a contenu des “annonces historiques et importantes” sur la reconnaissance des Etats-Unis de la marocanité du Sahara, les développements au Moyen-Orient et la relance de mécanismes de coopération entre le Royaume du Maroc et l’Etat d’Israël.

La Déclaration conjointe, signée devant Sa Majesté, fera office, a-t-il dit, d’une “feuille de route sur laquelle les trois pays travailleront aux niveaux de la question du Sahara marocain, des relations maroco-israéliennes et de l’instauration de la paix et la stabilité dans le Moyen-Orient.

Conjointe entre le Maroc, les Etats-Unis et l’État d’Israël.

Rappelant que le Maroc est l’un des partenaires “les plus anciens et les plus proches” des Etats-Unis, M. Kushner a souligné que les deux pays, qui viennent de célébrer le 243e anniversaire de la reconnaissance des Etats-Unis par le Royaume en 1777, entretiennent des relations “plus solides que jamais”.

“Nous n’oublierons jamais que le Maroc ait été le premier pays à reconnaître les Etats-Unis”, a affirmé le haut responsable américain.

S’arrêtant sur la question du Sahara marocain, M. Kushner a relevé que chacune des administrations américaines, depuis celle du président Bill Clinton, a affirmé son soutien à l’initiative “sérieuse, crédible et réaliste” du Maroc pour une autonomie au Sahara.

En annonçant sa reconnaissance de la souveraineté du Maroc sur le Sahara, le président Donald Trump “rejette le statu quo qui ne bénéficie à personne, et choisit d’aller vers une solution juste, durable et mutuellement acceptable, une solution qui a du sens et qui a plus de chance d’améliorer le quotidien des gens”, a dit le Conseiller du président US.

À LIRE  les relations MAROCO-ESPAGNOLES SONT D'UNE IMPORTANCE ET QUALITÉ HISTORIQUES

Une “autonomie réelle” est “l’unique option réalisable”, a-t-il encore affirmé, réitérant l’appel de son pays à toutes les parties “à œuvrer de manière constructive avec les Nations unies afin d’aller de l’avant dans le processus de négociations”.

Par ailleurs, le haut responsable a dit attendre “avec impatience” l’ouverture d’un consulat américain à Dakhla “pour faire avancer davantage les efforts diplomatiques et cueillir les fruits des efforts tangibles du Maroc en faveur des Provinces du Sud et au delà”.

Il est grand temps de placer toute la région et ses peuples sur un “chemin de transformation réelle vers davantage de paix, de stabilité et prospérité”.

De son côté, M. Meir Ben-Shabbat, Conseiller à la sécurité nationale de l’État d’Israël, a exprimé, au nom du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, sa “profonde estime” à Sa Majesté le Roi Mohammed VI pour son “leadership courageux et sa vision éclairée”, se disant “fier de se retrouver au Royaume à la tête d’une délégation israélienne officielle pour établir des relations avec le Maroc”.

Il s’est dit convaincu que les “liens entre le Palais Royal, et en fait l’ensemble des Marocains, avec les juifs du Maroc constitueront un pont entre les deux pays, et l’une des fondations de la paix entre les deux peuples”.

Le responsable israélien s’est dit particulièrement touché par cette visite à un pays qui a vu naître son père et ses frères, “ainsi que des milliers de juifs d’origine marocaine”, soulignant que les us et coutumes des juifs marocains “se perpétuent” en Israël à travers les générations actuelles.

Le Conseiller à la sécurité nationale d’Israël a tenu à souligner les “possibilités sans limites” de coopération avec le Maroc dans les domaines de l’aviation, de la créativité, des sciences, de la santé et de l’agriculture, entre autres.

Intervenant à cette occasion, le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, a affirmé que la visite de la délégation américano-israélienne constitue un “événement historique et important”.

Elle intervient en application des éléments de la conversation téléphonique entre SM le Roi Mohammed VI et le président Donald Trump, qui a contenu des “annonces historiques et importantes” sur la reconnaissance des Etats-Unis de la marocanité du Sahara, les développements au Moyen-Orient et la relance de mécanismes de coopération entre le Royaume du Maroc et l’Etat d’Israël.

La Déclaration conjointe, signée devant Sa Majesté, fera office, a-t-il dit, d’une “feuille de route sur laquelle les trois pays travailleront aux niveaux de la question du Sahara marocain, des relations maroco-israéliennes et de l’instauration de la paix et la stabilité dans le Moyen-Orient.

MAP-