Le Maroc a procédé, lundi, au remboursement par anticipation au Fonds monétaire international (FMI) d’une partie du tirage sur la Ligne de Précaution et de Liquidité d’un montant de 651 millions de DTS (Droits de Tirage Spéciaux), soit l’équivalent de près de 936 millions de dollars américains ou 8,4 milliards de dirhams, annonce mercredi le ministère de l’Economie, des finances et de la réforme de l’administration (MEFRA).

Cette opération qui sera effective le 8 janvier 2021, permet de soulager les engagements financiers futurs du Maroc tout en réduisant le coût grâce, en particulier, aux conditions très favorables de la dernière émission du Trésor à l’international, indique un communiqué du ministère, notant que “cette opération ne manquera pas non plus de renforcer la confiance des investisseurs et des marchés dans notre économie”.

Par ailleurs, cette opération a été unanimement saluée par les membres du Conseil d’administration du FMI lors de sa réunion du 18 décembre à l’occasion de l’examen du rapport des consultations au titre de l’Article IV pour le Maroc.

Dans le cadre de sa réponse proactive à la crise de la pandémie de la Covid-19, le Royaume avait procédé le 7 avril dernier à un tirage sur la LPL pour un montant équivalent à près de 3 milliards de dollars américains, remboursable sur 5 ans, avec une période de grâce de 3 ans, rappelle la même source. A présent, et après l’effort de mobilisation exceptionnel du Trésor, avec notamment deux émissions sur le marché financier international, l’encours des AOR (Avoirs Officiels de Réserve) du Maroc a atteint un niveau confortable qui lui permet de couvrir au-delà de sept mois de ses importations de biens et services, “une situation qui devrait se maintenir à moyen terme”, conclut le communiqué.

À LIRE  SELON GLOBALDATA le Maroc se rapproche de l’exploitation de ses richesses gazières