Les perspectives de la campagne agricole 2020/2021 se sont améliorées avec les dernières précipitations qui se sont abattues sur les différentes régions du Royaume, assure, vendredi, le ministère de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts.

Les pluies importantes qui ont touché une bonne partie du territoire national à partir de la 3ème décade du mois de novembre 2020 ont permis de résorber progressivement le déficit pluviométrique. Ainsi, le cumul pluviométrique moyen national au 13 janvier 2021 s’élève à 180,6 mm, soit une hausse de 5% par rapport à la moyenne des 30 dernières années (172,2 mm) et une hausse de 50% par rapport à la campagne précédente (120,3 mm) à la même date.

Quant à la réserve des barrages à usage agricole, elle cumule 5,48 Milliards m3 (taux de remplissage de 41%) contre 6,23 Milliards m3 la campagne précédente à la même date. Il est à signaler que l’alimentation des barrages continue par des ruissellements qui se maintiennent à partir des hauteurs notamment par la fonte des neiges.

Le taux de remplissage des barrages alimentant les périmètres irrigués s’est amélioré à 99% au Loukkos, 62% au Gharb, 36% au Moulouya, 32% à Souss-Massa (32%), 28% au Haouz, 21% au Tadla et Ouarzazate, 17% au Tafilalet et 13% au Doukkala.

Le retour des pluies a contribué à l’accélération du rythme des travaux du sol, des emblavements et des ventes des intrants agricoles, notamment les semences et les engrais de fond. Les pluies importantes et généralisées enregistrées durant la 1ère décade de janvier 2021 (83 mm en moyenne), accompagnées d’une baisse significative des températures, ont été favorables au tallage des semis précoces des céréales. Ces pluies auront un impact très positif sur l’évolution de la campagne agricole à travers :

  • L’amélioration du couvert végétal en général et des parcours en particulier ; La redynamisation des travaux d’entretien (désherbage chimique et apport d’engrais azotés) ;
  • L’amélioration des réserves des barrages à usage agricole et des niveaux des nappes phréatiques ;
  • L’amélioration de la situation de l’arboriculture fruitière, notamment le bon démarrage végétatif, l’amélioration du calibre et de la maturation des variétés tardives et d’agrumes ainsi que la bonne tenue des nouvelles plantations arboricoles.
À LIRE  Les échanges Maroc-Russie s'intensifient

Le déficit hydrique notable et la répartition spatiotemporelle inadéquate au début de la campagne agricole 2020/2021, en particulier depuis septembre jusqu’à la 2ème décade de novembre 2020 a retardé le semis des cultures d’automne et avait impacté négativement l’état des parcours.

Le déficit hydrique notable et la répartition spatiotemporelle inadéquate au début de la campagne agricole 2020/2021, en particulier depuis septembre jusqu’à la 2ème décade de novembre 2020 a retardé le semis des cultures d’automne et avait impacté négativement l’état des parcours.

Comme à chaque campagne agricole, le Ministère de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts a pris toutes les dispositions nécessaires et les mesures requises permettant d’assurer la disponibilité des intrants agricoles, l’encadrement des agriculteurs et la mobilisation de tous les acteurs du secteur pour le bon déroulement et la réussite de l’actuelle campagne agricole.