L’indice des prix des actifs immobiliers (IPAI) s’est déprécié de 0,9% en 2020, alors que le nombre de transactions a diminué de 15,2%, indiquent Bank Al-Maghrib (BAM) et l’Agence nationale de la conservation foncière du cadastre et de la cartographie (ANCFCC).

La baisse de l’IPAI résulte des diminutions de 1,2% des prix des actifs résidentiels, de 0,6% de ceux des terrains et de 0,4% de ceux des biens à usage professionnel, expliquent BAM et l’ANCFCC. La contraction des ventes a concerné l’ensemble des catégories de biens, avec des replis dans le résidentiel (-18,2%), les terrains (-7,7%) et les biens à usage professionnel (-5,4%), précise la même source.

Par ville, les prix ont progressé de 0,7% et les transactions ont reculé de 17,4% en 2020 à Rabat, tandis qu’à Casablanca, l’indice des prix s’est déprécié de 0,6% et les transactions ont baissé de 10%.
A Marrakech, les prix ont régressé de 1,8% et les ventes ont reculé de 10,1% et à Tanger les prix ont baissé de 2,3% et le nombre de transactions a diminué de 25,2%.

Durant le 4ème trimestre 2020, l’IPAI s’est apprécié de 0,6%, par rapport à T4-2019, reflétant les hausses des prix des biens résidentiels (0,8%) et des terrains (0,5%). Les prix des biens à usage professionnel ayant, en revanche, reculé de 1%.

Quant au nombre de transactions, il a progressé de 27,1% d’une année à l’autre. Cette hausse a concerné l’ensemble des catégories de biens, avec des taux de progression de 22,1% pour le résidentiel, de 47,3% pour les terrains et de 24,9% pour les biens à usage professionnel.

À LIRE  574 MDH pour le contrat-programme de la région Dakhla-Oued Eddahab et l’Etat

Élaborés conjointement par BAM et l’ANCFCC, les IPAI sont calculés selon la méthode des ventes répétées qui permet de remédier au problème de l’hétérogénéité des biens immobiliers. Cette méthode ne prend en considération que les biens ayant fait l’objet d’au moins deux transactions au cours de la période concernée.