Le trafic transitant par les ports gérés par l’Agence nationale des ports (ANP) a atteint un volume global de 7,5 millions de tonnes (MT) à fin janvier 2021, en baisse de 7,7%, par rapport à la même période un an auparavant.

Par nature de flux, les évolutions enregistrées font état d’un recul de 5,1% des importations, avec un volume de 4,8 MT, qui s’explique notamment par la régression des importations des céréales (-13,1%), du charbon (-3,9%), du coke de pétrole (-43%) et des hydrocarbures (-15%), indique l’ANP dans une note de synthèse.

Les exportations ont connu, pour leur part, une régression de 12% à fin janvier, soit un trafic global de 2,4 MT, due particulièrement à la forte baisse du trafic des phosphates (-29,9%), du clinker (-25%) et des engrais (-9,7%).

L’ANP fait en outre savoir que les volumes du cabotage se sont repliés de 13,3% avec un trafic de 257.000 de tonnes, induit essentiellement par la baisse du trafic des hydrocarbures (-27,8%) notamment le gasoil au port de Mohammedia (-72,2%).

La répartition du trafic par port fait ressortir que les ports de Mohammedia, Casablanca et Jorf Lasfar ont assuré le transit d’environ 5,7 MT, ce qui représente environ 76,1% du trafic des ports gérés par l’ANP.

À LIRE  Céréales : les mesures pour assurer la commercialisation de la récolte nationale