A l’approche du mois de Ramadan, les consommateurs ont été surpris par une augmentation des prix de l’huile de table, qui constitue un produit de base pour les ménages marocains.

En effet, l’augmentation de 2 dirhams du prix de la bouteille d’un litre et 10 dirhams pour le bidon de 5 litres, a suscité de vives réactions sur les réseaux sociaux.

Il faut dire que l’huile alimentaire est un produit indispensable dans la cuisine des Marocains. C’est un produit de première nécessité et toute variation des prix est aussitôt ressentie sur le panier de la ménagère, baromètre du pouvoir d’achat.

Par ailleurs, les prix de l’huile au Maroc sont totalement libres, depuis que le gouvernement a décidé, fin 2000, de ne plus subventionner ce produit, dans le cadre de la réforme de la caisse de compensation. Ainsi, les fluctuations des cours des intrants (notamment ceux du soja, du tournesol et du colza) servant à la production des huiles alimentaires sont, de facto, répercutées sur les prix des produits finis.

Les entreprises productrices de ce produit vital justifient cette augmentation par la cherté des prix des matières premières importées pour la production.

À LIRE  Covid-19: 806 nouveaux cas POSITIFS et 31 nouveaux décès