Quatre jours après l’atterrissage réussi de Perseverance sur la planète Mars, la Nasa a diffusé lundi soir de nouvelles images, à couper le souffle de la planète rouge.

Le souffle du vent martien
Voilà pour ces images extraordinaires, qui pour la première fois, sont doublées du son. Un micro placé sur le rover américain permet pour la première fois d’entendre par dessus un grésillement le souffle du vent martien.

La Nasa espérait également pouvoir capturer le son de la vertigineuse descente, mais cela n’a pas fonctionné. Un extraordinaire audio, enregistré une fois le rover posé à la surface de la planète rouge, a toutefois été dévoilé. Dans l’extrait, on peut entendre un son strident produit par le rover, mais aussi, clairement, le vent martien. “Oui, vous venez bien d’entendre une bourrasque de vent à la surface de Mars, capturée par le micro et renvoyée sur Terre”, a déclaré Dave Gruel, en charge de ces équipements pour la Nasa. Il s’agit “des premiers sons enregistrés à la surface de Mars”, a-t-il ajouté. “Nous avons bon espoir de pouvoir continuer à utiliser ces micros pour capturer des sons”, a-t-il dit, même si leur espérance de vie est limitée du fait des températures extrêmes sur Mars.

La mission du rover Perseverance, qui a atterri sur Mars jeudi 18 février, ne fait que commencer mais a déjà permis à la Nasa de récolter des données exceptionnelles. Une vidéo montrant l’atterrissage du robot sous tous les angles et un enregistrement inédit de son martien ont été publiés lundi 22 février par l’agence spatiale américaine. Il s’agit de la première étape d’un périple d’au moins deux ans durant lesquels Perseverance prélèvera des échantillons qui devront être rapportés sur Terre par une mission ultérieure pour être analysés.

À LIRE  HCP: Le revenu mensuel moyen en baisse de moitié durant le confinement

Long d’un peu plus de trois minutes, l’extrait vidéo publié par l’agence spatiale américaine dévoile les images de plusieurs caméras situées à différents endroits sur le module, après son entrée dans l’atmosphère martienne. L’une montre le déploiement du parachute supersonique, une autre, située sous le rover, le sol martien qui se rapproche, et deux vues captent le véhicule peu à peu déposé au sol, suspendu par trois câbles depuis l’étage de descente. “C’est la première fois que nous avons été capables de capturer un événement comme un atterrissage sur Mars”, a déclaré lors d’une conférence de presse Michael Watkins, le directeur du mythique Jet Propulsion Laboratory où a été construit le rover. “C’est vraiment fantastique.”