EllaLink a annoncé avoir achevé le déploiement du câble sous-marin transatlantique reliant l’Amérique latine à l’Europe. Le réseau qui relie directement le Brésil et le Portugal, connectera les principaux hubs de São Paulo, Rio de Janeiro et Fortaleza à Lisbonne, Madrid et Marseille.

Le câble sous-marin transatlantique EllaLink a pour mission de mettre en œuvre et d’exploiter un système de câble sous-marin de pointe entre l’Amérique latine et l’Europe.

Il fournit une base solide sur laquelle les opérateurs et les fournisseurs de contenu Internet peuvent développer des offres compétitives. Le Maroc va maintenant voir ce câble traverser le pays pour relier les principaux hubs de Sao Paulo, Rio de Janeiro et Fortaleza à ceux de Lisbonne, Madrid et Marseille.

Le câble devrait entrer en service au cours du prochain trimestre et supporter un trafic de données de plus de 100 Tbps, notamment entre le Brésil et le Portugal, 30 Tbps entre le Portugal et Madère, et 40 Tbps entre le Portugal et le Maroc.

EllaLink prévoit également de relier le Maroc, Madère, le Cap-Vert, la Mauritanie, la Guyane et les îles Canaries. Le câble sous-marin, long de quelque 6 000 km, a coûté 150 millions d’euros, dont 25 millions ont été financés par la Banque européenne d’investissement (BEI).

Le premier réseau câblé reliant l’Amérique latine et l’Europe remonte à 2000, lorsque le câble Atlantis-2 a relié l’Argentine et le Portugal. En 2018, un autre câble transatlantique a été annoncé par Hemisphere Cable Company (HCC) qui reliera la ville brésilienne de Fortaleza aux îles Canaries et à Seixal, tout en ayant des connexions supplémentaires au Cap-Vert, à Casablanca et à Madère.

À LIRE  Maroc / Etats-Unis: Les échanges commerciaux multipliés par cinq depuis 2005

Le projet a débuté en 2015, lorsque les « Telebras » brésiliens et l’espagnol IslaLink ont ​​créé une joint-venture pour mettre en œuvre le nouveau câble sous-marin. Au départ il ne s’agissait que d’une opération de 150 millions d’euros mais elle a grossi chemin-faisant.

En effet, Telebras a fini par abandonner le projet, se heurtant à la loi de finances annuelle et n’ayant pas l’argent nécessaire pour honorer la promesse. En 2017, Alcatel Submarine Networks a été embauché pour construire le système et l’année suivante, Marguerite est devenue le sponsor actions d’EllaLink. Les principaux clients du système sont, entre autres, le consortium Bella, Cabo Verde Telecom et EMACOM. Par la suite, le réseau sera connecté aux États-Unis, en Europe, en Asie, en Afrique et au Moyen-Orient