Dans un communiqué de la préfecture de la province de Figuig, le gouverneur de cette région a indiqué que cette rencontre est consacrée à l’étude des solutions possibles pour atténuer les répercussions de la décision des autorités algériennes sur les utilisateurs de ces terres agricoles.

“Cette réunion était consacrée à étudier la situation des terres agricoles situées au nord de Oued AL Arja, à la frontière maroco-algérienne, après la décision temporaire et conjoncturelle prise par les autorités algériennes et interdisant l’accès à cette zone à compter du 18 mars courant.

les habitants de Figuig ont manifesté une nouvelle fois contre les déplacements des propriétaires terriens marocains, exploitants de palmiers dattiers dans la zone d’El Arja, située au nord-est de la ville. Il s’agit d’une nouvelle marche parmi les manifestations quotidiennes que connaît Figuig, depuis que l’armée algérienne a ordonné aux agriculteurs concernés de quitter leurs terres, considérées sous souveraineté de l’Algérie.

le gouverneur de la province de Figuig a tenu une réunion avec des exploitants de terres agricoles situées dans la zone d’El Arja. La rencontre s’est déroulée en présence du représentant des terres collectives d’Oulad Slimane et de membres de son conseil, pour étudier la situation des héritiers.

Le communiqué reconnaît l’existence du problème et affirme que les mesures prises par les autorités algériennes sont temporaires et conjoncturelles.

Un communiqué du ministère de l’Intérieur marocain, a qualifié de «provisoire et conjoncturelle» la décision prise par l’armée algérienne.

À LIRE  Un boucher a été enlevé, violé et assassiné à Marrakech