La Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ) a ouvert, une enquête judiciaire sous la supervision du parquet compétent à l’encontre d’un individu présumé impliqué dans une affaire d’apologie d’actes terroristes.

La préfecture de police de Meknès avait entamé des enquêtes et investigations en coordination avec la Direction générale de la surveillance du territoire (DSGT) après avoir suspecté le mis en cause, un policier de 38 ans démis de ses fonctions en 2015, d’avoir empêché ses enfants jumeaux de rejoindre l’école tout en leur enseignant des manuels faisant l’apologie de pensées extrémistes, indique un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN).

Les fouilles effectuées au domicile du prévenu ont permis de saisir un étendard de l’organisation terroriste “Daech”, un tissu blanc avec des inscriptions à portée religieuse, en plus d’un couteau et d’un téléphone portable actuellement soumis à l’expertise technique, ajoute la même source.

Le mis en cause a été placé en garde à vue à la disposition de l’enquête menée sous la supervision du parquet compétent en vue d’élucider les circonstances de cette affaire et d’identifier ses liens éventuels avec un projet individuel ou collectif visant à attenter à l’ordre public.

À LIRE  TERRORISME: Omar Hilale souligne devant le Conseil de sécurité l’impératif de s’attaquer aux causes du terrorisme en Afrique