Les Conseils d’affaires de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) établis en Afrique constituent des “ambassadeurs” du secteur privé marocain dans le continent, a affirmé, mercredi à Casablanca, le ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Mohcine Jazouli.

Ces acteurs de la diplomatie économique du Royaume sont un maillon central dans le renforcement de la coopération économique et commerciale entre le Maroc et les autres pays de l’Afrique, a-t-il expliqué lors d’une réunion tenue par la CGEM avec les présidents de ces Conseils d’affaires.

La CGEM réunit ses Conseils d’Affaires établis en Afrique 1

Ces conseils œuvrent pour défendre les intérêts économiques des entreprises marocaines et encourager les partenariats pour s’ériger, ainsi, en relais efficaces pour encourager, guider et conseiller les opérateurs économiques marocains qui souhaitent développer leurs affaires en Afrique, a ajouté M. Jazouli, notant que l’Afrique est également un relais de croissance pour les entreprises marocaines ayant atteint une taille critique sur le marché marocain.

En outre, le ministre a indiqué que la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAF) va créer des ponts entre les régions booster la compétitivité des entreprises africaines qui auront accès à de nouveaux marchés.

Elle stimulera l’innovation et favorisera la productivité des entreprises et facilitera la mobilité du capital et encouragera les investissements, a-t-il poursuivi, anticipant aussi un impact positif sur le commerce intrarégional et l’intégration des communautés économiques régionales.

Ainsi, la ZLECAF constitue un outil essentiel pour repenser les relations économiques du Maroc avec ses partenaires africains dans les années avenir, a affirmé le ministre.

À LIRE  Le commerce entre la Chine et l’Afrique en hausse de 40,5% depuis le début de l’année

Par ailleurs, il a fait état d’une compétition plus accrue sur le continent avec un retour en force de certains pays africains, appelant à redoubler de vigilance et multiplier les démarches pour renforcer nos positions.

Pour sa part, le Président de la CGEM, Chakib Alj, a assuré que la diplomatie économique est un levier incontournable pour la relance, à l’échelle nationale et continentale, notant que le rôle des Conseils d’Affaires est encore plus primordial aujourd’hui au regard de la crise économique mondiale induite par le nouveau coronavirus (Covid-19).

Rappelant le statut du Maroc en tant qu’important investisseur dans l’Afrique, il a mis en avant la contribution de la CGEM qui a toujours été motrice dans ce sens et a accompagné les entreprises marocaines vers le marché continental, principalement à travers les Conseils d’Affaires.

“Toutefois, le secteur privé marocain doit se mobiliser davantage pour investir dans le continent et accompagner cette dynamique et la relance post-Covid”, a-t-il estimé.

Le Maroc doit saisir l’opportunité “ZLECAF” qui permettra d’exporter sur un marché continental de 1,2 milliard d’individus, de s’approvisionner en matière première de toutes les régions africaines pour les industries avec des droits de douane limités, ainsi que de construire des écosystèmes industriels complémentaires arrimés aux chaînes de valeur mondiales, a insisté le patron des patrons.

Cette réunion s’inscrit dans le cadre de la feuille de route de la CGEM qui intègre plusieurs chantiers ambitieux avec un objectif majeur, celui de renforcer l’accompagnement des entreprises marocaines dans leur investissement et expansion en Afrique, en faveur de la création d’une valeur ajoutée partagée et d’emplois locaux.

À LIRE  TANGER MED:hausse de 38 % du trafic conteneurs du port de Tanger

Les Conseils d’Affaires jouent un rôle important dans la promotion de la coopération économique et commerciale entre le Maroc et d’autres pays, à travers notamment l’identification des opportunités de renforcement des échanges économiques et d’investissement, ainsi que des obstacles à lever.

Le Patronat encadre et anime 59 Conseils d’Affaires bilatéraux, dont 19 établis avec des pays africains. Chaque Conseil est conduit par des membres de la Confédération qui opèrent sur le marché concerné avec des connaissances approfondies des spécificités et démarches à adopter.