Célèbre citadelle fortifiée de la province de Chtouka Aït Baha, la Kasbah de Tizourgane est située à quelques 100 km d’Agadir, entre Aït Baha et Tafraoute.

Cette citadelle fortifiée datant du XIIIe siècle, est construite au fil du temps par les tribus locales, les Chtouka (Achtouken en Tachelhit), qui viennent tailler les pierres de cette colline qui servent à la construction de moulins.

la Kasbah Tizourgane 1

Par la force des choses un plateau se forme au sommet de la colline et il ne faut pas attendre longtemps avant que les habitants s’y installent, construisant une citadelle et batisant l’édifice du nom de Tizourgane qui signifie « moulin » en berbère.

Un village nait avec un petit Ksar, des maisons, un « agadir » qui est le grenier collectif dans lequel les villageois gardaient les récoltes, leurs provisions et leurs biens, mais aussi une prison. Les remparts protègent les villageois de l’envahisseur et on y accède par une seule porte massive dotée d’une tour de guet.

Dans les années 1930, le village aurait été cerné par les troupes de l’armée française. Durant un long siège, les français campent autour des remparts impénétrables sans succès. Alors que les habitants souffrent du manque d’eau, on raconte qu’une vieille femme du village trempa ses vêtements dans de l’huile avant de les mettre à sécher à la vue des soldats français. Découragés, croyant que l’eau s’y trouve en abondance, les assaillants lèvent le siège.

la Kasbah Tizourgane 2

Le temps passe et le village qui jusqu’alors débordait de vie, ne fut pas à l’abri de l’exode rurale et fut peu à peu déserté. Ce site exceptionnel entouré de montagnes, d’une faune et d’une flore toujours intactes est le lieu d’un tourisme soucieux de préserver l’écologie ainsi que l’authenticité du site.

À LIRE  Tamegrout et ses célèbres poteries vertes

Aujourd’hui le site propose un hébergement sur place avec des activités comme des randonnées pédestres, escalades et une cuisine locale préparée avec des produits du terroir.

La kasbah de Tizourgane a été convertie en maison d’hôtes entièrement rénovée avec les techniques de construction traditionnelles. C’est le point de départ de merveilleuses excursions touristiques dans la région, et de randonnées au milieu des arganiers et des amandiers. Une région à découvrir tout particulièrement à la fin de l’hiver, alors que les arbres sont en fleurs.

Tizourgane est un exemple du potentiel touristique de la région Souss, mais un tourisme responsable et durable, respectueux de l’environnement mais aussi des habitants.

Une vision différente du tourisme, loin des sentiers battus, avec des retombés économiques favorisant le développement local, d’autant plus que le Maroc possède d’innombrables site comparables.

Classé en tant que patrimoine historique national et patrimoine culturel mondial par l’UNESCO depuis 1995, la Kasbah de Tizourgane prône sur son piton rocheux tel un trône majestueux.

Aujourd’hui, dans toute l’enceinte de la citadelle, les seuls maîtres des lieux sont un couple de marocains qui y sont fièrement installés, après y avoir aménagé un accueillant gîte touristique. Une fois sur place, le tout concours à la magie ; il vous est impossible de rester indifférents au charme des lieux … un cadre pittoresque, un accueil chaleureux, des paysages fascinants.

Rénové et restauré en gardant et utilisant les mêmes matériaux, techniques de construction et architecture de l’époque, la Kasbah de Tizourgane est devenue une charmante maison d’hôtes. Ce monument historique transformé en établissement touristique magnifique perpétue l’art de l’hospitalité berbère de l’Anti-Atlas tout en dynamisant et rendant la vie à un lieu chargé d’histoires et en faisant la promotion du tourisme rural dans l’arrière-pays de la région Souss Massa.

À LIRE  MAROC: La suspension des vols avec 54 PAYS prolongée jusqu’au 10 juin

Le personnel chargé de la gestion de la Kasbah propose plusieurs activités à pratiquer lors de votre séjour ou visites : randonnée pédestre, VTT, Yoga et méditation, soirée spectacle ainsi que la visite de son grenier fortifié – Agadir ou Irgherm selon le dialecte berbère – qui avait jadis, pour fonction de garder les biens précieux des villageois locaux à l’abri afin d’en éviter le pillage.

En 2005, la kasbah obtient une aide du ministère de la culture, qui, convaincu par le caractère exceptionnel du site alloue un budget à la rénovation des parties communes (remparts, chemin de ronde, mosquée et tours).

Aujourd’hui, malgré les efforts qu’il reste à mener, Jamal et son épouse Malika ont à cœur de partager leur passion du patrimoine et de la région via leur maison d’hôte installée au cœur de la kasbah de Tizourgane.