L’ambassadeur d’Espagne au Maroc, Ricardo Díez-Hochleitner Rodríguez, a été convoqué, ce samedi, par le ministère marocain des Affaires étrangères, suite à l’hospitalisation de Brahim Ghali, chef du Polisario, dans une ville espagnole.

Le chef de la diplomatie marocaine Nasser Bourita a convoqué l’ambassadeur espagnol pour exprimer « une incompréhension et une exaspération » et « demander des explications », après l’accueil en Espagne du secrétaire général du Polisario, Brahim Ghali, a indiqué la même source.

Le ministère espagnol des Affaires Etrangères avait souligné jeudi que le chef du Polisario avait été « transféré en Espagne pour des raisons strictement humanitaires afin de recevoir des soins médicaux ».

Brahim Ghali était soigné et se rétablissait après avoir contracté le Covid-19, avait précisé, le même jour, les séparatistes sahraouis.

Interrogée par la presse locale, Arancha González, Ministre des Affaires étrangères, de l’Union européenne et de la Coopération d’Espagne, a déclaré que «la présence de Ghali en Espagne obéit à des raisons strictement humanitaires, pour recevoir un traitement médical» et «je vais garder la plus grande discrétion en ce qui concerne les détails», a-t-elle tranché.

Arancha Gonzalez Laya, a affirmé que les relations avec le Maroc ne seraient pas affectées par l’accueil du leader des indépendantistes sahraouis.

« Cela n’empêche pas et ne perturbe pas les excellentes relations que l’Espagne a avec le Maroc », avait-t-elle déclaré lors d’une conférence de presse.

Par ailleurs, trois sahraouis — ayant vécu dans les camps de réfugiés de Tindouf, en Algérie qui accusent Brahim Ghali de « violation de droits humains » et « tortures » — ont appelé samedi les autorités espagnoles à le traduire en justice, dans une vidéo relayée par des médias marocains.

À LIRE  Covid-19/maroc: 2.356 nouveaux cas confirmés et 1.942 guérisons

L’une des trois sahraouis a rappelé qu’elle avait déjà déposé une plainte contre le chef du Polisario en Espagne.

Avec AFP-