Le tribunal de première instance de Marrakech a tranché dans l’affaire d’un jeune marocain qui a rompu son jeûne en plein Ramadan de l’année dernière.

Le mis en cause a été condamné à deux mois de prison avec sursis et à verser une amende de 500 dirhams. Par ailleurs, la police a arrêté, mardi dernier, deux individus en train de manger en public pendant la journée.

Pour rappel, l’article 222 du Code pénal punit les personnes qui rompent leur jeûne publiquement pendant le mois du ramadan d’une peine pouvant aller jusqu’à six mois de prison ferme.

L’article dispose clairement : “Celui qui, notoirement connu pour son appartenance à la religion musulmane, rompt ostensiblement le jeûne dans un lieu public pendant le temps du Ramadan, sans motif admis par cette religion, est puni de l’emprisonnement d’un à six mois et d’une amende de minimum 200 dirhams.”

À LIRE  Marhaba 2021: les modalités de versement de l’indemnité de transport maritime aux MRE