Un accord de don de près d’un million de dollars vient d’être signé entre la Banque africaine de développement et le ministère de l’Économie, des finances et de la réforme de l’administration. Ce don de la BAD est essentiellement destiné à l’amélioration du climat des affaires.

Ce partenariat, qui intervient dans le contexte de crise liée au Covid-19, a pour principal objectif de soutenir l’amélioration de l’environnement des affaires afin de consolider la résilience du Royaume face à la pandémie et de promouvoir la relance de son économie, indique la BAD dans un communiqué.

“Maintenir en ces temps de crise l’élan des réformes qui améliorent le climat des affaires est une priorité pour protéger l’entreprenariat et préserver la croissance des entreprises”, a déclaré Mohamed El Azizi, Directeur général de la BAD pour l’Afrique du Nord, cité dans le communiqué.

À ce propos, Mohamed El Azizi, directeur général de la BAD pour l’Afrique du Nord, déclare que ce partenariat est «d’autant plus important qu’il intervient à un moment où le Maroc mobilise l’ensemble de ses forces vives pour réussir une sortie de crise par le haut». Le partenariat en question contribuera ainsi à accélérer la mise en œuvre des mesures d’amélioration de l’environnement des affaires au Maroc. Il permettra également, poursuit la BAD, d’appuyer l’agenda des réformes prioritaires dans les domaines économiques et sociaux, de soutenir sa déclinaison sectorielle et d’en renforcer les mécanismes de suivi grâce à une série d’ateliers thématiques qui favoriseront le partage d’expérience et des bonnes pratiques.

«la BAD a soutenu le Maroc dans sa riposte à la crise sanitaire en apportant plus de 3.801 M€ à travers le programme d’appui à la réponse à la Covid-19 et le financement additionnel du programme d’appui à l’amélioration de la protection sociale (PAAPS-FA Covid-19). Faut-il également le rappeler, le Maroc figure parmi les membres fondateurs de la BAD en 1964. «L’engagement de la banque auprès du Maroc s’élève à plus de 10 MM€ cumulés avec des financements couvrant divers secteurs, dont la santé, l’énergie, l’eau, les transports, le développement humain, l’agriculture et le secteur financier», note la Banque africaine de développement.

À LIRE  Nezha Hayat élue présidente du Comité régional de l’Afrique et du Moyen-Orient de l’OICV