A l’ occasion de la commémoration du 8 mai 1945, qui célèbre la victoire des Alliés sur l’Allemagne nazie, la France met à l’honneur Hammou Moussik, un goumier marocain âgé de 103 ans.

Selon Le Figaro, une plaque donnant son nom à l’une des allées du parc du consulat général de France à Casablanca sera dévoilée samedi, en la présence de Hammou Moussik, qui était engagé aux côtés des soldats français durant la Seconde Guerre mondiale.

C’est également une occasion de « transmettre la flamme » à la génération future, souligne le journal notant qu’il s’agit par ailleurs de la réponse «  à l’appel lancé le 15 août 2019 par le Président Emmanuel Macron à l’occasion des commémorations des 75 ans du débarquement de Provence, aux maires de France pour qu’ils fassent vivre par le nom les rues et les places de France à la mémoire de ces valeureux hommes qui rendent fiers toute l’Afrique  ».

Cette cérémonie, souligne Le Figaro, revêt une triple dimension. D’abord historique, car «elle célèbre la fraternité d’armes franco-marocaine dans un pays dont le futur Roi, Mohammed V, fut décoré par le général de Gaulle de la croix de la Libération selon la formule célèbre: “Nous vous reconnaissons comme notre compagnon pour la Libération de la France dans l’honneur et par la victoire”».

Elle est aussi l’occasion de «transmettre la flamme». Des élèves vont assister à la cérémonie au cours de laquelle sera diffusé le film Baroud : De l’Atlas à l’Alsace, 1943-1945, réalisé par la section audiovisuelle du lycée Lyautey.

À LIRE  Averses orageuses localement fortes mardi dans plusieurs provinces du Royaume

Né en 1918, l’étoilé de bronze s’est engagé en 1941. Du front tunisien (mai 1943) aux combats des Vosges en août 1944, en passant la libération de la Corse (septembre 1943) puis l’île d’Elbe en juin 1944, le goumier marocain a démontré sa détermination et sa témérité. Hammou Moussik finit la guerre contre le nazisme en Allemagne. C’est ensuite l’Indochine, à partir de juin 1950, et une citation à l’ordre de l’armée, le 29 janvier 1951. En 1952, il quitte l’armée et devient policier à Casablanca.

Le 18 novembre, le héros est cité à l’ordre du groupe par Pierre Boyer de Latour, car il « s’est particulièrement distingué au combat de Ramonchamp (Vosges), le 8 octobre 1944, contribuant par son action personnelle à la mise en fuite d’un détachement allemand et à la capture de sa mitrailleuse ».

Croix de guerre 1939-1945 (avec étoile de bronze) et croix de guerre des Théâtres d’opérations extérieurs (TOE), avec palme, il est fait officier de la Légion d’honneur depuis 2013.