Le collectif de la nouvelle génération d’entrepreneurs touristiques au Maroc, les membres d’un think tank, composé de dirigeants d’entreprises touristiques, tire la sonnette d’alarme et lance un appel à une action forte du gouvernement pour éviter le démantèlement du tissu industriel touristique national. L’heure est grave, préviennent-ils.

« Après plus de 15 mois d’arrêt net de l’activité, l’absence totale de visibilité, quant à la sortie de cette crise, le collectif demande des mesures sérieuses et immédiates, tant pour tenter de sauvegarder ce qu’il reste de l’outil de production touristique et de maintenir un soupçon de paix sociale, que pour permettre une relance de l’activité », écrit le collectif.

Conscient des défis auxquels le Maroc doit faire face pour assurer la sécurité sanitaire de ses citoyens, le collectif demande que l’on prenne en compte également « la dimension sociale et économique et la détresse dans laquelle se trouvent l’ensemble des parties prenantes de l’industrie touristique. »

En effet, il insiste sur 6 points pour la sauvegarde et la relance du secteur, à savoir:

  • La prorogation du mécanisme de l’IF (l’indemnité forfaitaire de 2.000 dirhams et les mesures liées à celle-ci) jusqu’à 3 mois minimum après la levée de l’état d’urgence sanitaire;
  • La prolongation pour l’ensemble des employés du secteur des reports de crédits et de traites jusqu’à la levée de l’état d’urgence sanitaire;
  • La levée totale des restrictions de la circulation inter-régionale;
  • La réouverture du trafic international graduellement et par étape en priorisant les vaccinés et, en sus et à défaut, les tests PCR négatifs, à partir du 15 juin 2021. Le tout à annoncer sans délai et à l’avance, de sorte à permettre à tous les maillons de la chaîne (nationaux et étrangers) de se reprogrammer pour ces échéances;
  • La vaccination priorisée des salariés du secteur;
  • L’arrimage du Maroc aux mécanismes du Pass sanitaire de l’UE, afin de pouvoir s’intégrer dans le circuit général de programmation des compagnies aériennes et tour-opérateurs internationaux.
À LIRE  COVID-19 France : la progression de l'épidémie est "très inquiétante" selon un haut responsable de la santé