Le chef des séparatistes sahraouis du Polisario, visé par deux plaintes pour « tortures » et « génocide », va être entendu mardi par la justice en Espagne, où son accueil pour y être soigné a été l’étincelle d’une crise majeure entre Rabat et Madrid.

Hospitalisé depuis le mois d’avril à Logroño pour des complications liées au Covid-19, Brahim Ghali sera interrogé en visio-conférence depuis l’hôpital de cette ville du nord de l’Espagne par un juge du haut tribunal madrilène de l’Audience nationale, lors d’une audience fermée au public prévue à 10H30 (08H30 GMT).

Le chef du Polisario n’a été inculpé dans aucun de ces deux dossiers. A l’issue de son enquête, le juge pourra décider de le poursuivre ou de prononcer un non-lieu.

Il n’en reste pas moins que cette audition est au centre de toutes les attention en Espagne et au Maroc après plus d’un mois de tensions au plus haut niveau avec, en point d’orgue, l’arrivée mi-mai de près de 10.000 migrants dans le préside de Sebta.

Avec-AFP

À LIRE  4 universités marocaines dans le top 500 du Classement de Shanghai