Le Maroc figure dans le top 10 des pays qui ont effectué le plus de saisi de quantités de drogue, notamment de Cannabis, révèle l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) dans son dernier rapport.

L’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) a rendu public, jeudi, son rapport annuel mondial sur les drogues, publié à l’occasion de la Journée internationale contre l’abus et le trafic de drogues, célébrée chaque 26 juin.

Le Maroc est cité à plusieurs reprises. Ainsi, dans l’édition 2021, il figure dans le TOP 10 des pays ayant effectué les plus grandes saisies de résine de cannabis dans le monde. «Si l’on considère une période plus longue (2009-2019), les pays ayant saisi les plus grandes quantités totales étaient, dans l’ordre des quantités saisies, les États-Unis, le Mexique, le Paraguay, la Colombie, le Nigéria, le Maroc, le Brésil, l’Inde et Egypte», indique-t-on.

«Les plus grandes quantités de résine de cannabis ont été saisies par l’Espagne, suivie du Maroc, de l’Afghanistan, du Pakistan et de la République islamique d’Iran» en 2019, poursuit le rapport plus loin.

D’après le rapport également, «si l’on considère une période plus longue (2009-2019), les pays ayant saisi les plus grandes quantités totales étaient, dans l’ordre des quantités saisies, les États-Unis, le Mexique, le Paraguay, la Colombie, le Nigéria, le Maroc, le Brésil, l’Inde et Egypte ».

Cependant, le Maroc reste l’un des pays où provient la drogue, notamment le Cannabis. En effet, selon le rapport, les autorités marocaines ont signalé l’année dernière environ 21 000 hectares de culture de cannabis, contre 25 000 ha en 2018.

À LIRE  La Turquie salue le leadership de SM le Roi et le rôle du Maroc en tant que pôle de stabilité dans la région

Plus récemment, le Maroc a participé à deux opérations de lutte contre le trafic de drogue en Afrique et au Moyen-Orient, menées par Interpol.

Les deux opérations se sont soldées par la saisie de 17 tonnes de résine de cannabis d’une valeur de 31 millions d’euros, dans des entrepôts à Niamey (Niger).

L’UNODC révèle ainsi que «le trafic de résine de cannabis au Moyen-Orient et en Afrique du Nord n’a peut-être pas été perturbé par la fermeture des frontières pendant la pandémie». «La majeure partie de la résine de cannabis introduite en contrebande vers l’Europe passe par le nord du Maroc jusqu’en Espagne, mais elle peut également transiter par des ports en Algérie, en Tunisie et en Libye avant d’être acheminée vers l’Europe du Sud-Est», constate-t-il.