Comme chaque année, à quelques jours de l’Aïd al Adha, plusieurs petits métiers saisonniers fleurissent, notamment la commercialisation de charbon, qui retrouve vie après une période de stagnation suite à la pandémie liée au nouveau coronavirus.

Le plus grand marché destiné à la commercialisation de charbon situé à “Lakriâ”, reçoit chaque jour un nombre important de camions transportant cette matière pour répondre à la demande croissante en cette période de fête.

Au marché de gros de charbon dans la capitale économique, cette matière, qui est apportée de plusieurs régions, dont Béni Mellal, Oulad Berhil, Taroudant, Azrou, Khenifra et Agadir parvient aux marchands qui la revendent au détail et en gros aux clients, suivant la demande.

Selon des professionnels et malgré le recul enregistré, dû principalement aux conséquences du covid-19 qui a touché différents aspects de la vie, le retour des MRE en cette période de fête a positivement impacté le commerce du charbon, soulignant que tous les indices indiquent que le volume des ventes s’est multiplié au niveau de ce marché, à l’occasion de cette fête religieuse.

Et d’ajouter que le marché reçoit chaque jour entre 150 et 200 tonnes de charbon pour répondre à la demande.

Dans ce contexte, le patron du marché de gros du charbon de bois à Casablanca, Abdelouahed El Fellah, a indiqué, dans une déclaration à la MAP, que ce marché situé dans la préfecture d’arrondissement d’Al-Fida Mers-Sultan connaît cette année une grande affluence, particulièrement en ces jours de fête.

M. El Fellah, qui travaille dans ce domaine pendant 40 ans, estime que le charbon demeure indispensable en matière de chauffage, de grillade et de cuisson, particulièrement durant l’Aid, car tous les ménages en consomment.

À LIRE  Fnideq: les autorités dispersent un sit-in non autorisé, tenu en violation de l'état d’urgence

Et de préciser que les prix restent raisonnables et ne dépassent pas les 6 dirhams pour le kg du charbon dit “Lkrouch” et 7 dirhams pour celui dit d’oranger.

Pour sa part, Mohamed Hajjaj, un commerçant de la place a indiqué que le charbon dit d’oranger reste le meilleur et le plus commercialisé, lors de cette fête, car il est facilement inflammable et permet de faire gagner du temps lors des grillades.

Le charbon dit “Lkrouch” est principalement utilisé dans les cuissons, lors des cérémonies et des fêtes, compte tenu de sa consistance et de sa bonne durabilité, précise-t-il, ajoutant que cette caractéristique lui vaut une place de choix auprès des cuisiniers qui préfèrent préparer leurs mets de manière traditionnelle.

Quant au 3è type d’eucalyptus, commercialisé à un prix bas, il est généralement utilisé dans des gargotes pour la réduction du coût des dépenses, poursuit-il.

Le ministère indique que cette substance peut provoquer certains cas d’intoxication au monoxyde de carbone résultant de son utilisation.

Afin d’éviter les dangers de cette substance le Centre anti-poison et de pharmacovigilance du Maroc, relevant du ministère de la Santé recommande les points suivants :

  • Éviter d’utiliser le charbon dans les endroits où il y a un manque d’oxygène (endroits fermés);
  • L’utilisation du charbon à l’extérieur de la maison dans des espaces ouverts (balcons, toits, devant la maison…);
  • S’assurer de l’ouverture des fenêtres et les portes pour aérer la maison quotidiennement avant d’allumer les braises au moment de la cuisson;
  • Remplacer la combustion du charbon par des grilles électriques, notamment dans les appartements et les maisons qui manquent d’une bonne ventilation.
À LIRE  Maroc/Covid-19: 35 guérisons, aucun décès et 102 nouveaux cas de contamination

Avec-MAP