La Présidence du ministère public a donné ses instructions au Procureur Général du Roi près la Cour d’appel de Rabat pour l’ouverture d’une enquête judiciaire sur de fausses allégations contenues dans des articles publiés par des journaux étrangers, portant des accusations contre les autorités publiques marocaines et impliquant les institutions constitutionnelles nationales dans des affaires qui portent atteinte aux intérêts supérieurs du Royaume du Maroc.

Le président du ministère public a publié le communiqué suivant, ce mercredi 21 juillet 2021, suite à l’affaire Pegasus:

« Après avoir pris connaissance de certains articles publiés par des journaux étrangers affiliés à un consortium dénommé « Forbidden Stories », portant à l’encontre des autorités publiques marocaines de graves accusations et allégations, et impliquant des institutions constitutionnelles nationales dans des affaires affectant les intérêts supérieurs du Royaume du Maroc.

« Et suite au communiqué publié par le gouvernement marocain, dans lequel il dénonce ces allégations et accusations.
« Et compte tenu de la répétition systématique de ces allégations et accusations, qui ciblent des institutions nationales chargées de l’application des lois; le tout d’une manière comportant des éléments matériels et moraux constitutifs de crimes éventuels punissables par le code pénal marocain, le ministère public a donné des instructions écrites au Procureur près la Cour d’appel de Rabat pour ouvrir une enquête au sujet de ces allégations et fausses accusations, et l’identification de leurs auteurs.

« Sur cette base, le Procureur général près la cour d’appel de Rabat a donné instruction à la Brigade nationale de la police judiciaire pour mener une enquête approfondie sur la question, afin de révéler les circonstances, les antécédents et les circonstances de la publication de ces accusations et allégations afin que les responsabilités soient déterminées et que les suites puissent être données. »

À LIRE  Zagora : Mise en échec d’une tentative de trafic d’une tonne et demie de chira