En dépit de la situation sanitaire, et malgré l’interdiction, les jeunes Gadiris ont organisé leur carnaval traditionnel de Boujloud.

Lié à l’Aïd el Kébir, ce carnaval, pendant lequel les personnes se déguisent avec des peaux de moutons ou de chèvres après la fête, anime habituellement les quartiers pendant 10 jours.

Sur les réseaux sociaux, plusieurs vidéos ont montré de grands rassemblements, lors du festival populaire de Boujloud à Agadir.

Cette célébration folklorique amazighe, observée chaque année après l’Aïd-el-Adha dans certaines régions du Maroc, a été organisée malgré l’interdiction des autorités.

LE TRADITIONNEL FESTIVAL BOUJLOUD À AGADIR 1

Lors de cette manifestation, plusieurs personnes portent la peau du bétail sacrifié à Aïd-ell-Adha et se mettent à danser dans les rues de la ville. Déguisés en monstrueuses créatures ou vêtus de costumes confectionnés à partir de peaux de mouton ou de boucs, de jeunes Marocains s’adonnent à un spectacle de danse dans les quartiers de leurs villes.

Le rite des Boujlouds (les hommes à la peau) est peu connu dans le nord du Maroc. Célébré durant la période de l’Aïd El Kebir dans la région du Souss (mais aussi Haut & Anti-Atlas), le culte du bélier est une pratique pré-islamique et païenne.

À LIRE  COVID-19: PRÈS DE 7 MILLIONS DE DOSES DE VACCIN ADMINISTRÉES EN AFRIQUE (OMS)