La situation épidémiologique dans le Royaume est “très préoccupante”, a indiqué le docteur Tayeb Hamdi, soulignant que la solution pour réduire les cas critiques réside dans la vaccination et le respect des mesures de précaution, et pas seulement les mesures restrictives.

Le médecin et chercheur en politiques et systèmes de santé a expliqué, dans un article, que le Maroc a enregistré ces derniers jours des chiffres importants en termes de nouvelles infections au Covid-19, dont le nombre a atteint, le 28 juillet courant, 9.428 cas.

“Heureusement, notre pays enregistre d’autres records, dont les plus importants sont la vaccination de plus d’un demi-million de citoyens en un jour, et la vaccination de près d’un million et demi de citoyens en trois jours, ainsi qu’un nombre record dans le nombre de tests effectués en 24 heures», a-t-il enchaîné.

De l’avis de ce chercheur, il faut s’attendre à de nouveaux chiffres plus importants concernant le nombre de cas d’infections, de cas critiques de décès, en plus de la pression sur les hôpitaux et les cadres médicaux, “à cause du relâchement dans les comportements et parfois même d’irresponsabilité, et en raison des nouvelles mutations qui se propagent plus rapidement”.

Le Dr Hamdi a expliqué que les personnes complètement vaccinées constituent aujourd’hui 28 pc de la population totale du Royaume, de même que plus de 36 pc de la population ont reçu au moins une dose, faisant remarquer que grâce à la dominance de la composition jeune dans la société marocaine, ces pourcentages ont permis aujourd’hui de cibler les tranches d’âge de 25 ans et plus.

À LIRE  Marchés/RAMADAN: Approvisionnement abondant et prix stables

Il a souligné dans ce sens que grâce à l’implication des citoyens dans l’opération de vaccination, à l’arrivée régulière de nouvelles doses et à la bonne gestion de la campagne nationale, le Maroc a pu protéger de manière significative les catégories les plus vulnérables.

Il a ajouté que l’importante couverture vaccinale pour les catégories vulnérables contribuera à réduire le nombre de cas nécessitant une hospitalisation et les cas critiques, et partant, alléger la pression sur le système de santé et réduire les décès.

Le chercheur a relevé que pour maintenir juste un petit nombre de cas critiques et de décès sans menacer le système de santé d’effondrement, le Royaume a deux options : réduire les nouveaux cas, c’est-à-dire contrôler la propagation du virus avec des mesures de précaution individuelles et collectives, et augmenter le taux de vaccination au sein de la société, notant que plus le pourcentage de personnes vaccinées est élevé, plus les taux de cas critiques et de décès sont bas, et les chaînes de transmission de l’infection rompues.

Le chercheur a conclu son article en disant qu’«aujourd’hui, nous pouvons éviter la menace pour le système de santé due à la rechute de l’épidémie, grâce à la vaccination et à de simples précautions sans recourir à des mesures restrictives qui affectent les sources de subsistance, la mobilité et la liberté de la société, le cycle économique et la vie scolaire, et il serait illogique de s’appuyer sur des mesures restrictives pouvant aller jusqu’à des fermetures pour contrôler la situation épidémique, au lieu d’utiliser le mécanisme de vaccination et de simples mesures de précaution».

À LIRE  Décès de l’ancien Premier ministre, Abderrahmane El Youssoufi

Avec-MAP