L’actrice marocaine Fatima Regragui est décédée ce lundi à l’âge de 80 ans des suites d’une longue maladie.

La défunte a entamé son parcours artistique distingué dans les années 50, pour ensuite enchaîner les participations au cinéma et à la télévision, en interprétant d’importants rôles notamment dans des films comme “Yemma”, “Adieu mères”, “L’orchestre des aveugles” et “les vagues du rivage”, et des séries telles “les sœurs” et “Men dar l dar”.

La défunte a également brillé de mille feux en participant à des pièces de théâtre en compagnie d’une troupe relevant de la Jeunesse et des sports. En 1975, elle a rejoint la troupe du théâtre Mohammed V à Rabat et a travaillé avec de grands réalisateurs comme Tayeb Seddiki, Ahmed Tayeb Lalej et Mohamed Afifi.

Parmi les pièces de théâtre à succès auxquelles elle a participé et qui ont marqué les esprits figurent “Ahl Al Kahf” et le juge de la Halqa

Icône du théâtre et de la télévision marocains, Fatima Regragui s’est longtemps absentée de la scène et des écrans pour des raisons de santé.

Cette pionnière du théâtre marocain a commencé sa carrière artistique dans les années 50. Elle a fait ses premiers pas en intégrant la troupe de théâtre “Atajdid Al Masrahi” en 1957. Au cours de cette première expérience, elle a partagé la scène avec de grands noms de la scène théâtrale nationale, en l’occurrence d’Abdelkader Benslimane et Larbi Doghmi. Quelques années plus tard, elle intégra la célèbre troupe Maâmoura où elle passa huit ans avant de rejoindre en 1975 la troupe du Théâtre National Mohammed V à Rabat aux côtés d’Aziz Maouhoub, Mohamed El Jam, Malika El Omari et Nezha Regragui.

À LIRE  madrid: L’art contemporain marocain exposé au musée Reina Sofía

Elle a joué dans plusieurs films, notamment “une lune de miel au Maroc”, “le soleil du printemps” de Latif Lahlou, “moi l’artiste” de Abdellah Zerouali, “à dieu les mères” de Mohamed Ismail ou encore “Ima” de Hicham Regragui.

Au total, en plus de 60 ans de carrière elle aura tourné dans plus d’une cinquantaine de films, et restera notamment associée à plusieurs grands noms du cinémas comme Liliana Cavani, Gabriel Axel, Mohamed Ismaïl et d’autres. Parmi ses productions Mirage (1979), Adieu mères (2007), Derrière la porte (1982), Spring Sun (1969) et un court-métrage, le Quai du Destin, réalisé en 2013.