Un tribunal espagnol a suspendu lundi le rapatriement vers le Maroc d’un groupe de mineurs arrivés dans l’enclave espagnole de Ceuta, sur la côte marocaine, lors d’une vague migratoire mi-mai qui avait vu affluer quelque 10.000 personnes.

Si la plupart de ces migrants avaient été renvoyés au Maroc peu après leur arrivée à Ceuta, cette petite ville de quelque 80 000 habitants abritait encore près de 820 jeunes migrants en juillet, d’après le parquet de Ceuta chargé des mineurs.

Le gouvernement espagnol de gauche de Pedro Sánchez a commencé vendredi à les renvoyer au Maroc par groupes de 15.

Mais deux ONG ont demandé à un tribunal de Ceuta de bloquer les expulsions de douze jeunes migrants qui avaient sollicité leur aide pour rester.

Les mineurs isolés sont ramenés au Maroc sans avoir eu accès à un avocat et sans avoir pu se faire entendre, a affirmé Patricia Fernández Vicens, avocate de l’une de ces deux ONG, Coordinadora de Barrios.

Ce renvoi vers leur pays d’origine “est légal et possible seulement s’il est assorti d’une série de garanties”, a-t-elle expliqué.

Pour le tribunal de Ceuta, qui a donné raison aux ONG, “la seule solution possible” était la suspension du renvoi de ces douze mineurs dans l’attente de l’étude de leur dossier, a-t-elle poursuivi. Trois de ces migrants avaient toutefois déjà été rapatriés au Maroc.

Cette décision judiciaire constitue un revers au moins temporaire pour le gouvernement espagnol, qui compte bien rapatrier graduellement la totalité de ces quelque 800 jeunes.

Lundi matin, le ministre espagnol de l’Intérieur, Fernando Grande-Marlaska, avait une nouvelle fois défendu ces renvois d’enfants et d’adolescents non accompagnés au Maroc en affirmant que les mineurs “vulnérables” n’étaient pas concernés par la mesure et en assurant que “l’intérêt de l’enfant était garanti”, lors d’une interview sur la radio Cadena Ser.

À LIRE  le Roi, Amir Al Mouminine, se recueille sur la tombe de Feu SM le Roi Mohammed V

Ces rapatriements ont provoqué de nouvelles tensions au sein de la coalition au pouvoir à Madrid, le parti de gauche radicale Podemos, allié des socialistes, ayant de nouveau exprimé son opposition à cette pratique et ayant demandé au Premier ministre qu’il y soit mis fin.

Les 17 et 18 mai, Ceuta avait vu arriver quelque 10 000 migrants en 48 heures: une crise migratoire inédite due à la levée des contrôles frontaliers par Rabat sur fond de crise diplomatique avec Madrid au sujet de l’accueil en Espagne du chef du Front Polisario pour y être soigné.

Quelque 2 500 migrants sont toujours sur place, selon le chef du gouvernement local de Ceuta, Juan Rivas.

Avec-AFP