La feuille de route nationale pour le développement du gaz naturel 2021-2050 a été mise en place dans le cadre de la stratégie énergétique nationale, a annoncé, jeudi, le ministère de l’Energie, des mines et de l’environnement.

Le Maroc s’est doté d’une Feuille de route nationale pour le développement du gaz naturel sur la période 2021-2050, en guise d’orientation stratégique pour créer un marché régulé et stimuler l’évolution progressive de la demande. L’objectif est aussi de développer un projet d’infrastructure, permettre l’accès des industriels et des autres consommateurs, tout en améliorant la compétitivité des exportateurs marocains et en développant des activités annexes à la filière du gaz naturel.

La première étape de cette feuille de route serait de mettre en place un cadre réglementaire du secteur du gaz naturel à travers notamment la promulgation du projet de loi 94.17 relatif au secteur aval du gaz naturel, l’élargissement des attributions de l’Autorité nationale de régulation de l’électricité afin de réguler le secteur du gaz naturel, la mise en place d’un gestionnaire du Réseau de transport du gaz naturel marocain, ou encore la réglementation des activités d’importation libre du gaz naturel de transport, de stockage et de distribution.

La deuxième étape concerne, selon la même source, l’évaluation de la demande à travers l’évolution de la consommation actuelle et celle des dernières années, ainsi que le potentiel de la demande future, notant qu’un développement rapide de la demande pourrait avoir lieu suite au basculement des industriels vers ce nouveau combustible, propre et compétitif.

La troisième étape mise sur l’évaluation des différentes options d’approvisionnement en gaz naturel (GN) et en gaz naturel liquéfié (GNL), notamment par gazoducs (GME), par des unités flottantes de stockage et de regazéification (FSRU), par terminaux onshore, et les flux multidirectionnels. La diversification des points d’entrée du produit et de ses sources assure une flexibilité d’approvisionnement et une assurance de sa régularité et sa continuité.

À LIRE  Plus de 474.000 tonnes d’exportations de fruits et légumes jusqu’en janvier

Cette étape concernera aussi le «déploiement d’un nouveau réseau de transport afin de relier l’ensemble des composantes du plan gazier» par phases de développement progressif. La base de ce processus consiste en le Gazoduc Maghreb-Europe et le prochain Nigeria-Sénégal-Mauritanie-Maroc.