La chanteuse, autrice et compositrice marocaine Oum entame sa tournée européenne après plusieurs dates en France, notamment à l’Institut du Monde arabe à Paris et au Théâtre Antique à Arles. L’artiste y interprète pour l’essentiel son troisième album Daba, mais également son projet actuel Hal qu’elle réalise en collaboration avec le saxophoniste cubain M-Carlos.

Genève en Suisse le 3 septembre pour « La Batie Festival », Montpellier, France, le 10 septembre pour le «Festival Arabesque», Timisoara et Varsovie en Roumanie, (Plai Festival et Cross Culture Festival) les 12 et 19 septembre et enfin Errenteria dans le Pays basque espagnol pour « Atlantikaldia Festival ».

Oum en tournée européenne avec Daba et Hal 1

On l’avait découverte en France en 2013 avec Soul of Morroco, suivi de Zarabi. La Maroco-Amazighe Oum nous revient avec Daba, 3e album enregistré en 2019 sous la direction artistique de la poétesse et oudiste palestinienne Kamilya Jubran. On y retrouve son chant clair et aérien et ses combats de toujours contre la nature menacée, le sort fait aux migrants, le statut de la femme… Et sa poésie chaleureuse, qu’habillent les saveurs du oud, de la contrebasse, de la trompette, de la basse et des percussions, subtilement brodées de textures électroniques.

Le 10 septembre, le Domaine d’O, dans le nord de la ville, accueillera la Marocaine Oum et le Cubain M-Carlos. Ensemble, les deux artistes proposent le projet Hâls, une pièce en sept actes qui explore, via le jazz et l’électro, les différentes émotions éprouvées depuis le début de la pandémie de Covid-19 : la peur, la confusion, l’acceptation, le rêve, l’espoir, l’impatience et l’euphorie. « Dans la prison de la distance, j’ai compté le temps / Dans la prison de la distance, j’ai tissé l’espoir », chante Oum dans le second volet, dévoilé mi-juin.

À LIRE  BOURITA: Le règlement du conflit autour du Sahara marocain tributaire d’un dialogue entre les deux véritables parties, le Maroc et l’Algérie

Le projet, toujours en mode work in progress (travail en cours), se compose d’une pièce en sept actes. Chacun de ces actes est dédié à une émotion, un état de l’être, expérimentés depuis le début de la crise sanitaire mondiale, avec à chaque fois une intensité différente, un aspect inédit. La peur, la confusion, l’acceptation, le rêve, l’espoir, l’impatience et l’euphorie. Pour chacun des sept actes de la pièce Hal, il y a un noyau composé d’un texte et d’une base musicale ou sonore, laissant champ libre à différentes possibilités d’interprétation sur scène aux deux musiciens.

Au-delà de ses racines – parfaitement assumées – Oum El Ghaït Benessahraoui, Africaine d’origine amazighe née à Casablanca, incarne l’essence de la femme moderne, combative, attentive aux mondes extérieurs et intérieurs. En darija, l’arabe populaire marocain, ou en berbère, elle chante la condition des femmes, l’état de la planète, la douleur des migrants et la nécessité. Puisant en elle la force de faire face aux agressions du monde tout en préservant sa vision poétique, et offrant en partage son espoir et ses rêves.

Son chant, nourri à travers les vents de sable du désert et les tumultes de la ville, lui a ouvert une carrière d’abord nationale, avec deux albums qui l’ont hissé au rang d’égérie. En traversant la Méditerranée en 2013, elle séduit le public français avec Soul of Morroco, un album qui dessine un portrait soul-jazz et oriental de la jeune diva.

Deux ans plus tard, le tableau se précise avec Zarabi, fruit d’un enregistrement effectué dans une oasis aux portes du Sahara. Le titre signifie « tapis » – celui-ci est tissé des fils de la tradition et de la modernité et bien sûr vole et l’emmène vers d’autres horizons.

À LIRE  L'OMS suspend les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine par sécurité

Sa notoriété grandissante la stimule vers une expression plus riche encore. Elle confie la réalisation artistique de Daba, sorti en 2019, à l’exigeante oudiste expérimentale et poétesse palestinienne Kamylia Joubran. Les deux femmes unissent les saveurs acoustiques du oud, de la contrebasse, de la trompette, de la basse et des percussions à des textures électroniques subtiles, plus proches des avant-gardes que du tout venant des dance-floors. Et par-dessus s’élève le chant profond d’Oum, son âme et sa poésie combative et chaleureuse.

Avec-musicinafrica.net