L’Agence de Développement Agricole (ADA)au Maroc planche actuellement sur une étude pour le développement des exportations marocaines d’huile d’olive conditionnée vers le marché britannique où les exportateurs européens traditionnels ont laissé un vide depuis le Brexit.

le Département marocain de l’agriculture a signé un contrat programme pour le développement des industries agroalimentaires (IAA) pour la période 2017-2021, l’objectif étant d’apporter notamment un appui à l’Interprolive en vue de lui permettre une meilleure compréhension du fonctionnement des marchés étrangers de l’huile d’olive offrant de larges opportunités de commercialisation de ce produit très en vogue.

L’huile d’olive marocaine à la conquête du marché anglais 1

Ce projet s’inscrit dans le cadre de l’attractivité des investissements dans la filière oléicole et a pour finalité «de mener une étude pour le développement opérationnel des exportations de l’huile d’olive marocaine sur certains marchés présentant un fort potentiel de développement et des opportunités significatives», explique l’Agence de développement agricole.

Ainsi, cette étude porte spécifiquement sur l’accès opérationnel de l’huile d’olive marocaine sur le marché de l’Angleterre à travers l’analyse des aspects déterminants de l’accès au marché. Celle-ci inclut un ensemble de volets : réglementaire, sanitaire, commercial, normatif, douanier, logistique, et pratiques non tarifaires. Dans cette perspective, l’élaboration de ce travail permettrait d’étudier le marché de l’Angleterre des huiles d’olives et de présenter ses principales caractéristiques. Il s’agit également d’identifier les principaux opérateurs et acteurs sur le marché de l’Angleterre des huiles d’olive et de caractériser le profil des consommateurs des huiles d’olive dans ce pays partenaire.

À LIRE  L'ONCF reprend progressivement le trafic ferroviaire à partir du 1er juin