Les Importations de blé dur et blé tendre par le Maroc sur le marché international seront nettement inférieures en 2021/2022 par rapport aux volumes importés durant les deux années marquées par une forte baisse de la production nationale à cause d’un déficit de la pluviométrie, révèle le dernier rapport du Département américain de l’agriculture (USDA).

les importations de blé seront à la baisse en 2021/2022 1

Ce recul des achats s’explique principalement par la bonne production du pays en 2021/2022 suite à des pluies abondantes qui sont arrosé la plupart des zones des cultures céréalières. D’après les estimations finales du gouvernement, la récolte de blé sa atteint cette année 7,5 millions de tonnes, soit la plus forte récolte en 5 ans.

En effet, la production définitive des trois céréales principales au titre de la campagne 2020-2021 est estimée à près de 10,32 millions de tonnes, contre 3,21 MT en 2019-2020, soit une hausse de 221% par rapport à la précédente campagne.

Pour l’USDA, les principaux fournisseurs du Maroc resteront la France, l’Ukraine et la Russie pour le blé tendre et le Canada pour le blé dur. Il faut noter que dans le pays, les importations de blé tendre et de blé dur sont soumises à des droits de douane respectifs de 130 % et de 170 % depuis déjà plus de trois mois.

Pour rappel, le Maroc est le 3ème consommateur africain de blé derrière l’Egypte et l’Algérie avec une moyenne de plus de 10 millions de tonnes de blé (Dur et tendre) par an.

À LIRE  Covid-19/Maroc : pas de prière de l’Aïd Al Adha à la mosquée