Selon le quotidien The Jerusalem Post, Benny Gantz, le ministre israélien de la Défense, est attendu au Maroc dans les prochains mois. Au cours de cette visite, qui intervient près d’un an après le rétablissement des relations entre les deux pays, le responsable signera des accords de coopération en matière de défense, notamment des projets visant à développer une industrie nationale d’armement.

En septembre, plusieurs médias avaient affirmé que le Maroc et Israël allaient se lancer dans la fabrication des drones dits «suicides» ou «kamikazes». Des appareils relativement simples à construire et aux conséquences dévastatrices.

L’Etat hébreu est considéré comme l’un des principaux exportateurs de drones dans le monde. Mais le pays ne serait pas le seul avec qui le Maroc coopère dans ce domaine. D’autres informations faisaient état en avril dernier de l’acquisition par le royaume de drones militaires turcs d’altitude de croisière moyenne et de longue autonomie (MALE).

Pour rappel, Israël est considéré comme l’un des principaux exportateurs de drones, et IAI compte plus de 50 clients dans le monde entier, notamment en Australie, au Canada, au Chili, en Colombie, en France, en Allemagne, en Inde, au Mexique, à Singapour et en Corée du Sud.

À LIRE  Le HCP lance une plateforme de soutien scolaire