Nabila Rmili remplacée par Ait Taleb à la tête du ministère de la Santé.

Le cabinet royal a annoncé, ce jeudi, que conformément aux dispositions de l’article 47 de la Constitution, et sur proposition du chef du gouvernement, le roi Mohammed VI a nommé Khaled Ait Taleb en tant que ministre de la Santé et protection sociale, pour succéder à Nabila Rmili.

Dans un communiqué relayé par la MAP, le cabinet royal explique que le souverain a ainsi répondu à une requête du chef du gouvernement Aziz Akhannouch, expliquant que l’actuel maire de Casablanca lui a présenté une demande pour se «consacrer pleinement à ses fonctions» de présidente du conseil communal de Casablanca, après s’être «rendu compte du volume de travail demandé et des chantiers ouverts dans cette grande ville». «Des engagements qui affecteront les nombreuses obligations et le soutien quotidien requis par le secteur de la santé, notamment dans les conditions de la pandémie», ajoute le communiqué.

Cette nomination intervient conformément aux dispositions constitutionnelles, et après la soumission à la Haute Appréciation Royale de la proposition du Chef du Gouvernement, visant à mettre fin aux fonctions gouvernementales de Mme Rmili qui a sollicité de se consacrer pleinement à ses fonctions de Présidente du Conseil de la ville de Casablanca. Et ce, après qu’elle se soit rendu compte de la charge du travail de cette mission représentative, et du suivi continu des affaires de ses habitants et des chantiers ouverts dans cette grande métropole, ce qui était de nature à impacter les multiples engagements et le suivi quotidien que nécessite le secteur de la santé, surtout en cette période de pandémie.

À LIRE  CORONAVIRUS : UNE CARTE EN TEMPS RÉEL POUR SUIVRE L'ÉVOLUTION DE L'ÉPIDÉMIE

Sa Majesté le Roi, que Dieu Le préserve, a bien voulu donner Son Approbation à la proposition du Chef du Gouvernement de nommer M. Aït Taleb, afin de poursuivre les chantiers ouverts et les défis urgents du Secteur de la santé, dont en premier chef la poursuite de la gestion du volet sanitaire de la pandémie du Covid 19 et le bon déroulement de la Campagne nationale de vaccination”.

A rappeler que le maire de Casablanca a fait face à une campagne sur les réseaux sociaux l’appelant à choisir entre son nouveau poste de ministre de la Santé et la protection sociale et celui de présidente de conseil communal de la capitale blanche. Son cas n’est pourtant pas isolé, puisque Aziz Akhannouch, chef du gouvernement, est en même temps maire d’Agadir, alors que Fatima Zahra Mansouri, nouvelle ministre de l’Aménagement du territoire national, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville est également maire de Marrakech.