Le Syndicat des avocats du Maroc (SAM) dénonce une décision «anticonstitutionnelle» et qui va à l’encontre des acquis en matière des droits de l’Homme. Le SAM appelle dans ce sens à l’annulation de cette décision.

Depuis jeudi dernier, 21 octobre 2021, la présentation du pass vaccinal est obligatoire pour accéder aux établissements publics, semi-publics et privés, ainsi que pour voyager, ce qui a entraîné de nombreuses critiques.

Le SAM estime que «les circonstances exceptionnelles que connaît notre pays en raison de l’état d’urgence sanitaire, ne devraient pas justifier l’adoption de décisions qui constituent un recul des acquis en matière de droits humains».

Cette décision viole la Constitution, assure l’Ordre, d’autant qu’elle empêche les citoyens de jouir de leurs droits. « Le contexte exceptionnel que traverse notre pays en raison de l’état d’urgence sanitaire […] ne doit pas justifier l’adoption de décisions comportant le retrait des acquis en matière de droits humains…, car elles portent atteinte aux droits constitutionnels et vont à l’encontre des chartes, déclarations et pactes internationaux ratifiés par le Maroc. De plus, il n’y a aucune urgence au vu de l’amélioration de la situation épidémiologique dans le pays », a-t-il indiqué dans un communiqué.

Ainsi, le SAM invite toutes les composantes du mouvement marocain des droits de l’Homme à unir leurs visions et positions, pour «défendre les acquis du pays en matière de droits et de libertés».

À LIRE  BENI MELLAL: un mort dans L'EFFONDREMENT PARTIEL D'UNE MAISON DE L'ANCIENNE MÉDINA