La décision unilatérale de l’Algérie de ne pas reconduire l’accord sur le gazoduc Maghreb-Europe (GME) constitue une « forme de pression » en réponse à la dernière résolution du Conseil de sécurité de l’ONU sur le Sahara et qui a favorisé la position du Maroc, souligne, mardi, le quotidien espagnol « La Razon« .

« La décision de l’Algérie a été prise comme une forme de pression en réponse à la récente résolution de l’ONU sur le Sahara qui, au final, a favorisé la position de Rabat de rechercher une solution par le biais de tables rondes plutôt que par un référendum d’autodétermination, comme l’espéraient Alger et le polisario« , affirme le journal espagnol.

Le régime algérien a tenté à tout moment de faire usage de la carte énergétique pour s’attirer le soutien à ses thèses, une manœuvre « qui n’a pas abouti », a relevé l’auteur de l’article.

Toutefois, Alger a maintenu sa stratégie d’exercer des pressions sur la base de ses ressources énergétiques avec le seul objectif de causer des « dommages aux pays tiers », fait observer « La Razon ».

L’Algérie a annoncé, dimanche, sa décision de ne pas reconduire l’accord sur le gazoduc Maghreb-Europe (GME).

Cette décision unilatérale est considérée par nombreux observateurs et hommes politiques européens comme un chantage de la part d’Alger envers l’Europe.

À LIRE  Message de condoléances et de compassion de SM le Roi au Serviteur des Lieux saints de l’Islam suite au décès de SAR la princesse Noura bent Fayçal