Le royaume table sur un investissement public « record » de 245 milliards de dirhams, soit plus de 23 milliards d’euros, pour remettre sur pied une économie fortement ébranlée par la crise sanitaire, a indiqué la ministre de l’Economie Nadia Fettah Alaoui.

Investissement public : Un niveau record de 245 milliards de dirhams pour le Maroc 1

la ministre de l’Economie Nadia Fettah Alaoui.

le nouveau gouvernement dirigé par Aziz Akhannouch a proposé son premier projet de Loi de finances. Celui-ci vise un taux de croissance à 3,2% en 2022, et ambitionne de doper les investissements publics notamment dans le secteur social, fragilisé par la covid-19.

S’exprimant lors de sa première conférence de presse depuis son entrée en fonction, la ministre des Finances Nadia Fettah Alaoui a déclaré que le budget vise à renforcer la reprise de l’économie nationale.

Le budget table sur un taux de croissance de 3,2% l’an prochain et un déficit budgétaire de 5,9% laissant les besoins financiers à 105 milliards de dirhams.

Elle a déclaré que 80% de la dette du Maroc proviendrait de sources locales et 20% à l’international avec des «partenaires bilatéraux».

Une attention particulière sera accordée à la généralisation de l’assurance maladie à laquelle 4,2 milliards de dirhams ont été alloués.

Le gouvernement prévoit également la création de 250 000 emplois en deux ans et 50 000 prêts l’an prochain d’un montant de 1,25 milliard de dirhams pour encourager l’entrepreneuriat des jeunes.

Le budget de l’éducation a été augmenté de 5 milliards de dirhams à 76,6 milliards de dirhams couvrant l’enseignement préscolaire à l’université. Les emplois affectés à l’éducation sont passés à 18 144.

À LIRE  Automobile : le Maroc, leader en Afrique

Le budget du secteur de la santé sera porté de 3,7 milliards de dirhams à 23,5 milliards de dirhams avec la création de 5 500 emplois.

Fettah Alaoui a déclaré que le gouvernement poursuivra les réformes fiscales pour générer plus de revenus pour financer la protection sociale et maintenir les efforts pour soutenir la croissance afin d’assurer suffisamment de création d’emplois.