Membre du Parti travailliste israélien, Meir Masri souhaite faire aboutir à la Knesset une initiative parlementaire qui doit conduire à une exemption de visas entre les ressortissants du Maroc et d’Israël. Après les lignes aériennes ouvertes entre les deux pays, ce serait un pas de plus dans la normalisation entre le royaume et l’État hébreu.

«Il est honteux et inacceptable pour un Européen et un Russe d’entrer en Israël sans « visa » et de demander un visa d’entrée au frère marocain», a écrit sur son compte Twitter, Meir Masri, expert en relations internationales auprès de plusieurs organismes en Israël.

Si c’est la première fois que la question de l’exemption de visas entre les deux pays est portée devant le Parlement, l’idée fait son chemin. D’origine marocaine, Aryé Dery, alors ministre de l’Intérieur, avait déjà évoqué le sujet par téléphone avec Abdelouafi Laftit, son homologue marocain, au moment où les deux pays préparaient la normalisation de leurs relations, dans le sillage des Accords d’Abraham.

Sous réserve des mesures restrictives appliquées dans l’un ou l’autre pays, une exemption de visas devrait permettre au Maroc d’accroître le chiffre des quelque 50.000 à 70.000 touristes israéliens qui visitaient le royaume avant la pandémie de Covid-19. Plus encore, elle devrait permettre à plus de Marocains de visiter l’État hébreu sans avoir besoin du visa d’une durée de 90 jours qui est exigé.

À LIRE  LES VIOLATIONS FLAGRANTES DES DROITS DE l'HOMME COMMISE PAR LE POLISARIO