Suspendu à cause du Covid-19, le service militaire va finalement reprendre l’année prochaine. Quelque 20 000 citoyens vont constituer le prochain contingent des assujettis au service, un chiffre en hausse par rapport à l’édition 2019.

Le budget de la Défense pour l’exercice 2022 prévoit donc de consolider le service militaire obligatoire et la contribution des Forces armées royales à former les jeunes et à les préparer à s’intégrer socialement et professionnellement. Dans son rapport, M. Loudiyi a ajouté que pour une meilleure reprise du service militaire, les FAR ont mobilisé les moyens nécessaires, en mettant en place un plan d’accueil des nouvelles recrues.

Ainsi, quatre nouveaux centres de formation seront construits à Benslimane, Benguerir, Sidi Yahia El Gharb et Tan-Tan, pour s’ajouter aux centres qui avaient déjà accueilli la précédente promotion en 2019. Initié en 1966 puis abrogé en 2006, le service militaire obligatoire a été réinstauré officiellement suite à un vote au Parlement en décembre 2018. La première promotion a compté dans ses rangs 15.000 éléments au lieu des 10.000 initialement prévus, sur un total de plus de 133.000 candidatures.

La candidats retenus suivent une formation de 12 mois, répartis en deux phases. La première dure quatre mois et porte sur une formation générale de base. La seconde phase est d’une durée de huit mois et donne accès à une formation spécialisée, dont six mois de professionnalisation et deux mois de visite de terrain.

À LIRE  L’ONMT dévoile sa campagne “Maroc, Terre de Lumière”