Le Maroc et Israël sont parvenus à un accord de vente de drones kamikazes de type «Harop» pour un montant de 22 millions de dollars. Il s’agit d’engins militaires autonomes qui peuvent être utilisés sans intervention humaine et qui ont une capacité destructrice.

Le Maroc a pris livraison d’une commande de drones kamikazes, selon le journal Haaretz. Des sources israéliennes ont révélé que «la société Aerospace Industries spécialisée a remporté un contrat de 20 millions de dollars de vente d’armes et de drones», notant qu’«il y a d’énormes deals sur le manière, et ils font partie de l’accord bilatéral entre Tel-Aviv et Rabat.

Selon Haaretz, «Israël compte vendre au Maroc des drones Harop connus. comme des drones Kamikazes sans pilote, reflet d’une une collaboration étroite entre l’industrie de défense et l’armée.»

Les drones de type «Harop» transportent environ 20 kilogrammes d’explosifs et peuvent rester dans les airs jusqu’à sept heures, avec une portée allant jusqu’à 1 000 kilomètres, et sont capables de saisir une cible, de plonger et d’exploser dessus.

Des informations reprises par la presse marocaine ont fait état fin 2020 de la livraison de trois drones Harfang mais aussi de la commande de drones israéliens Bluebird et américains MQ-9B SkyGuardian, apparemment livrés très bientôt. Ces informations ont coïncidé avec l’annonce fin 2020 de la reconnaissance par les États-Unis de la souveraineté du Maroc. De fait, ses commandes militaires ont permis à Rabat de renforcer ses capacités : en deux ans, il est passé de la 60ᵉ à la 53ᵉ place du Global Firepower Index classant les forces militaires.

À LIRE  Covid: le Maroc met en place l’attestation d’exemption de la vaccination

La semaine dernière, le ministre israélien de la défense Benny Gantz s’est rendu au Maroc et a signé un accord de coopération en matière de sécurité avec son homologue marocain, Abdellatif Loudyi. Cet accord qui survient un an après que le Maroc et Israël ont annoncé l’établissement de relations diplomatiques, prévoyait également la signature et la promotion de contrats d’armement.