Le Rassemblement National des Indépendants (RNI), le Parti Authenticité et Modernité (PAM) et le Parti de l’Istiqlal (PI), qui forment la majorité gouvernementale, ont signé, lundi à Rabat, la « Charte de la majorité« , qui se veut un cadre institutionnel et de référence définissant les modes de fonctionnement et de coopération entre les différentes institutions gouvernementales, parlementaires et partisanes.

Dans une allocution à cette occasion, le Chef du gouvernement et président du RNI, Aziz Akhannouch, a souligné que cette Charte représente un contrat politique et moral liant les composantes de cette coalition pour atteindre les objectifs tracés par le programme gouvernemental et ceux électoraux des partis de la majorité.

M. Akhannouch a affirmé que ce moment politique « décisif » est porteur de plusieurs messages, notamment l’amorce d’une nouvelle expérience politique adossée à une culture différente en termes de gestion, avec des priorités claires, un agenda bien défini et une vision nouvelle fondée sur la coopération constructive et le respect mutuel entre les composantes de la coalition et qui rompt avec certaines pratiques du passé qui empêchaient d’ériger les institutions de la coalition en des instances d’élaboration des solutions.

Après avoir rappelé que la coalition gouvernementale a pour objectif de répondre aux attentes des citoyens à la vie digne et de relever les défis sanitaires, économiques et sociaux induits par la propagation de la Covid-19, le Chef du gouvernement a expliqué que la synergie des capacités et la complémentarité des rôles et des missions entre les composantes de la coalition leur permettront de tirer vers le haut leurs performances.

Il a aussi insisté que la signature de la Charte de la majorité n’est pas une fin en soi, mais représente un moyen pour donner une nouvelle impulsion à l’action gouvernementale et parlementaire, à même d’optimiser l’efficacité et le rendement, ajoutant que cet objectif dépend d’un véritable partenariat en faveur d’un projet politique et de développement commun où les composantes de la majorité gouvernementale assument, avec équité et solidarité, aussi bien ses coûts éventuels que ses acquis attendus.

Et de conclure que cette Charte cristallise une vision commune et unifiée pour assurer l’efficacité de l’action, tant au niveau du gouvernement et du parlement qu’à l’échelle territoriale, à même d’offrir toutes les garanties institutionnelles pour consolider la solidarité et la concertation entre les composantes de la majorité.

À LIRE  COUP D'ETAT EN BIRMANIE: Aung San Suu Kyi arrêtée

Pour sa part, le secrétaire général du PAM, Abdellatif Ouahbi, a affirmé que la signature de la Charte de la majorité constitue un moment d’un véritable engagement et un rappel des valeurs de respect des promesses et de prise de conscience quant à l’ampleur de la responsabilité à assumer, mettant l’accent sur sa volonté d’identifier tous les moyens moraux et politiques susceptibles d’améliorer l’efficience de l’action gouvernementale.

Il a, dans ce sens, indiqué que cette Charte a été élaborée avec un sens élevé de responsabilité, une profonde conscience collective et une méthodologie de concertation ayant abouti à la mise sur pied de ce document moral et politique, qui a développé les principes, défini les objectifs, établi les référentiels et œuvré à la mise en place d’institutions et d’instances capables de renforcer l’action de la majorité et d’accélérer la cadence de son travail.

Il a, en outre, précisé, que ce document établit, pour la première fois, un lien étroit entre la décision du gouvernement à la fois aux niveaux central et régional, « étant conscient de la nécessité de conforter les attributions de la régionalisation avancée et de faire accélérer les chantiers de développement sur le plan régional ».

Afin d’atteindre cette finalité, a poursuivi M. Ouahbi, les dispositions de cette Charte seront renforcées par un engagement collectif à assurer leur mise en œuvre dans le cadre d’un élan politique et moral, soulignant que son parti ne ménagera aucun effort pour en préserver la teneur et en matérialiser les décisions, au service de l’homogénéité du gouvernement et du renforcement de son action en faveur de la réforme et du changement.

De son côté, le secrétaire général du PI, Nizar Baraka, a indiqué que cette Charte conforte la volonté commune des partis de la majorité de mettre en œuvre le programme gouvernemental, avec ce que cela implique en termes de cohésion, d’harmonie, de coopération et d’efficience pour donner corps aux réformes escomptées, honorer les engagements contractés par les partis dans leurs campagnes électorales, et être en phase avec l’esprit et la philosophie du Nouveau modèle de développement et les attentes et aspirations des citoyens, conformément aux Hautes Orientations Royales. La concrétisation de cette Charte exprime la volonté commune d’œuvrer de concert et de manière intense et organisée, dans un cadre de collaboration et de solidarité pour faire face aux défis, a-t-il expliqué, ajoutant que cette Charte illustre « le souci commun de nos partis de privilégier l’écoute de la société et l’interaction avec la volonté populaire qui nous a placés en tête du paysage politique et choisis comme une alternative démocratique pour mener cette nouvelle phase de l’histoire du Maroc ».

À LIRE  Les Français aux urnes pour élire leur président

Il s’est dit confiant que cette Charte constitue une étape fondamentale dans la libération de l’intelligence collective des composantes de la majorité pour stimuler la forte volonté de changement, accompagner le souffle réformateur insufflé par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, et accélérer la cadence de réalisation des chantiers de réformes dans les divers domaines. M. Baraka a mis l’accent sur l’impératif de mettre à profit l’esprit de cette Charte et les garanties qu’il porte afin de transformer les répercussions de la pandémie du Covid-19 en une chance permettant de regagner la confiance, ressusciter l’espoir et de consolider les bases de l’État social visant à créer une société équilibrée et solidaire, à travers l’établissement de la protection sociale, le renforcement de la classe moyenne, la réduction des disparités sociales et territoriales et l’amélioration des conditions des catégories démunies et vulnérables, en vue d’une vie digne à tous les citoyens dans le cadre de la liberté, de la justice sociale, de l’équité et de l’égalité des chances, en faisant du citoyen la finalité de toutes les politiques publiques.

La Charte de la majorité constitue un cadre institutionnel, moral et politique et un référentiel qui définit, coordonne et unifie les modalités d’action et de collaboration avec les différentes institutions gouvernementales et parlementaires, en vue de consolider et d’approfondir la cohésion entre les composantes de la majorité, et d’ouvrir de larges perspectives devant l’action commune et sérieuse pour mettre en œuvre le programme gouvernemental 2021/2026. Cette Charte et le plan d’action qu’elle renferme définit les garanties d’une démarche participative et solidaire, marquée par l’efficience et l’audace, visant à mettre l’action du gouvernement sur la bonne voie en vue de relever les défis du présent et de l’avenir, et de transformer la crise consécutive à la pandémie du Covid-19 en une chance historique de renforcer les fondements d’un État social solide et équitable.

Avec-MAP-