« Les homosexuels ont toujours existé dans le monde, dans le monde islamique et au Maroc, mais ils étaient cachés, et s’ils se déclarent publiquement, ils en seront responsables devant la loi », a déclaré Abdelilah Benkirane.

S’il n’écarte pas la possibilité de renouveler certaines convictions du PJD, il dit ne pas tolérer que les homosexuels se manifestent publiquement « la désobéissance à Dieu », rapporte Hespress. Toutefois, il assure que personne ne cherche à attenter à qui que ce soit […] et que les cas particuliers ne peuvent pas servir à élaborer une loi générale. La question qui lui taraude les esprits est la suivante : « allons-nous traiter les homosexuels comme l’Europe ? »

S’exprimant le week-end dernier lors de la première réunion du comité national du parti le 4 décembre, Benkirane a discuté des droits des LGBT et a fourni un guide utile sur les points où son parti tracera les lignes sociales alors qu’il cherche à rester une voix influente sur la scène politique marocaine malgré une situation historique défaite électorale.

Le PJD ne traitera jamais les homosexuels comme « si nous étions en Europe », a insisté Benkirane, suggérant tout au long de son discours que l’homosexualité n’est ni marocaine ni islamique.

« Allons-nous accepter l’homosexualité et, ainsi, clamer ouvertement cette turpitude de désobéissance divine? », a-t-il déclaré.

Citant un certain nombre de textes religieux pour justifier ses déclarations, Benkirane a déclaré que les homosexuels ont toujours existé dans le monde islamique et au Maroc, mais qu’ils ont toujours été cachés.

Benkirane a déclaré que le PJD ne changera jamais ses « convictions stratégiques » sous sa direction. Au lieu de cela, le parti continuera « d’adhérer à la référence islamique, avec l’ijtihad et le renouveau », tout en étant en première ligne pour contrer tout appel ou action visant à dépénaliser l’homosexualité.

À LIRE  M. Akhannouch : « Les contours de la majorité gouvernementale se préciseront au cours de la semaine prochaine »