La prolongation de la suspension des liaisons aériennes par les autorités marocaines jusqu’au 31 décembre produit un impact négatif sur les vacances de fin d’année.

La décision marocaine relative à la prolongation de la suspension des vols au départ et à destination du Maroc compromet les vacances de fin d’année, fait remarquer le site britannique Inews.

Les Britanniques ne pourront donc pas venir au Maroc alors que le royaume est l’une de leurs destinations privilégiées pour les vacances. Un manque à gagner pour les opérateurs du tourisme.

Jeudi, la Direction générale de l’aviation civile (DGAC) a annoncé que tous les vols vers et depuis le Maroc sont suspendus du 9 décembre jusqu’au 31 décembre minimum.

Le 29 novembre, les autorités marocaines avaient décidé de la fermeture du ciel marocain jusqu’au 13 décembre à cause de la propagation rapide du nouveau variant du virus de la Covid-19 — Omicron (B.1.1.529), notamment en Europe et en Afrique.

Une décision qui est également motivée par le souci de préserver les acquis réalisés par le Maroc dans la lutte contre la pandémie de Covid-19 et de protéger la santé des citoyens.

Après la prolongation de la suspension des vols, Royal Air Maroc (RAM) a programmé des vols spéciaux (soumis à autorisation spéciale) au départ du Royaume du Maroc et à destination de la France, de la Belgique, de l’Italie, de l’Espagne, du Canada, des États-Unis, de la Côte d’Ivoire, du Sénégal, et du Gabon jusqu’au 31 décembre prochain.

À LIRE  Covid-19: 3.940 nouveaux cas en 24H, plus de 9,7 millions personnes complètement vaccinées