Cette année, les services de sécurité marocains ont réussi à démanteler 150 réseaux de passeurs très actifs dans l’organisation de la migration irrégulière et arrêté 12 000 candidats à l’émigration.

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a indiqué que ses services avaient interpellé depuis le début de l’année «415 organisateurs et médiateurs et 12.231 candidats à l’immigration clandestine» et démantelé «150 réseaux criminels s’activant dans l’organisation de l’immigration clandestine».

Au cours de la même période, les services de sécurité ont également procédé à «la saisie de 752 documents de voyage falsifiés, 67 bateaux pneumatiques et 47 moteurs, ainsi que 65 véhicules suspectés d’être utilisés à des fins d’émigration illégale d’individus»

Ces chiffres portent uniquement sur les opérations policières anti-immigration et ne concernent pas les interceptions en mer de migrants se dirigeant vers l’Espagne, effectuées, elles, par la Marine. Selon des chiffres du ministère espagnol de l’Intérieur, 37.385 migrants au total sont arrivés par la mer en Espagne (dans la péninsule ainsi que dans les archipels des Baléares et des Canaries) entre janvier et mi-décembre 2021, soit une légère baisse (-1,7%) par rapport à la même période en 2020.

Les départs des côtes marocaines vers l’Europe, notamment vers les îles Canaries, se sont récemment multipliés, via des routes maritimes dans l’Atlantique ou en Méditerranée, malgré le renforcement des contrôles. Les garde-côtes marocains ont ainsi porté assistance entre les 12 et 15 novembre à quelque 330 migrants dans l’Atlantique et en Méditerranée, selon une source militaire. Selon des estimations fin septembre de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), 2021 a été l’année la plus meurtrière sur la route migratoire vers l’Espagne, avec au moins 1.025 morts.

À LIRE  De belles perspectives pour l’agriculture bio à Sefrou