Le Royaume du Maroc représente depuis plusieurs siècles un modèle singulier de coexistence et de convergence de civilisations, de cultures et de religions, a affirmé l’ambassadeur du Royaume près le Saint-Siège, Rajae Naji Mekkaoui.

»Chantre d’un Islam tolérant et modéré tout au long de son histoire jusqu’à nos jours, le Maroc a toujours été une terre de cohabitation, de tolérance et d’interaction entre les Musulmans et les adeptes d’autres religions’’, a souligné la diplomate marocaine dans un entretien à la revue italienne Ex partibus, publié mercredi.

Le Maroc, un modèle singulier de coexistence et de convergence de civilisations 1
l’ambassadrice du Royaume près le Saint-Siège, Rajae Naji Mekkaoui.

L’ambassadeur s’est félicitée de la singularité du modèle religieux marocain, fondée sur la Commanderie des Croyants, qui se veut un facteur d’unité et garante du respect des principes et valeurs de l’islam au Maroc, mettant en avant les efforts de SM le Roi Mohammed VI, Commandeur des Croyants, en matière de promotion des valeurs de tolérance et de dialogue interreligieux et interculturel.

Ce modèle d’interaction et de vivre-ensemble entre les musulmans, les chrétiens et les juifs a aidé le Maroc à préserver ses origines multiculturelles, a relevé Mme Naji Mekkaoui, notant que l’ensemble de ces affluents ont été reconnus par la Constitution de 2011 ayant permis au Royaume de renforcer sa diversité, son unité, son identité et son cosmopolitisme.

Dépositaires d’un héritage qui plonge ses racines dans l’Afrique subsaharienne autant que dans l’Europe de l’Andalousie, les Marocains partagent fièrement au quotidien ce patrimoine comme un atout pour l’avenir de leur pays, a-t-elle salué.

Sous le règne de la dynastie alaouite, l’esprit d’ouverture, de fraternité, de tolérance et de paix a toujours été cultivé au Maroc, a fait savoir l’ambassadeur.

À LIRE  Sahara : l’Algérie rappelle son ambassadeur à Madrid

C’est dans ce sens qu’il faut rappeler les efforts déployés par feu SM Hassan II, promoteur de première heure de la paix et du dialogue entre les religions monothéistes et par feu SM Mohammed V qui a refusé catégoriquement de remettre les citoyens marocains de confession juive lors du régime de Vichy. Le prolongement de ces positions se vit tous les jours avec SM le Roi Mohammed VI qui a fait du Royaume une exception dans la région, a-t-elle ajouté.

Evoquant l’hommage rendu, récemment en Italie, à l’archevêque de Rabat, Cardinal Cristobal Lòpez Romero, la diplomate a affirmé que cette distinction, amplement méritée, rend hommage aux efforts du Souverain, réputé dans le monde entier pour Son œuvre pour la paix, la conciliation et la lutte contre l’extrémisme et le radicalisme» et au Maroc en tant que «terre unique» et «emblématique” qui recèle une histoire très singulière en matière de tolérance et de cohabitation.

Elle a rappelé à cet égard que le modèle marocain a été hautement salué, à Agrigente, lors de la remise récemment du prix international Empédocle des sciences humaines à l’archevêque de Rabat.