Quelques 5.760 Marocains qui étaient bloqués à l’étranger suite à la décision des autorités marocaines de suspendre le 29 novembre dernier les vols internationaux à destination du Royaume, ont été rapatriés via des ponts aériens depuis les Émirats Arabes Unis, le Portugal et la Turquie, a affirmé, lundi à Rabat, le ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement, Mustapha Baitas.

Entre le 15 et le 22 décembre, quelque 5.760 Marocains bloqués à l’étranger ont été rapatriés via des ponts aériens depuis les Émirats Arabes Unis, le Portugal et la Turquie. C’est ce qu’a affirmé, lundi à Rabat, le ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement, Mustapha Baitas.

Après la suspension par les autorités marocaines, le 29 novembre dernier, des vols internationaux à destination du Royaume, tous les services et moyens nécessaires ont été mobilisés pour assurer le rapatriement des citoyens marocains ayant voyagé hors du territoire national pour des motifs de tourisme, professionnels, familiaux ou médicaux et qui se sont retrouvés bloqués à l’étranger, a indiqué le ministre en réponse à une question à la Chambre des représentants.

Baitas a aussi expliqué que le choix a été porté sur ces trois pays (EAU, Portugal, Turquie) du fait qu’ils constituent des zones de transit régionales qui permettent de cibler et de faciliter le retour des citoyens marocains bloqués dans les différentes régions continentales dans lesquelles ils sont largement concentrés (Europe, Asie, Monde arabe).

Cette opération a permis de rapatrier entre 1.000 et 1.500 personnes quotidiennement, en adoptant des critères objectifs et précis au sujet des bénéficiaires, appliqués de manière flexible et citoyenne en prenant en considération les particularités au cas par cas, a relevé le ministre.

À LIRE  UNE INVASION «TOTALEMENT INJUSTIFIÉE DE L'IRAK... JE VEUX DIRE, DE L'UKRAINE» : LE LAPSUS DE GEORGE W. BUSH

Il a également indiqué que ces vols spéciaux se sont déroulés dans le respect d’un protocole sanitaire spécial qui a consisté à fournir le résultat du test PCR au moins 48 heures avant le vol, de se mettre en quarantaine pendant sept jours dans des hôtels désignés à cet effet aux frais du gouvernement, d’effectuer des tests PCR pendant la période de quarantaine toutes les 48 heures et de prendre en charge toutes les personnes testées positives, que ce soit à l’aéroport ou à l’hôtel, par les autorités sanitaires compétentes.

Les rapatriés ont été répartis sur les établissements hôteliers désignés à cet effet dans les villes d’Agadir (1.937 bénéficiaires), Marrakech (1.550), Casablanca (935), Fès (669) et Tanger (669 ), a précisé Baitas, faisant savoir que parmi les rapatriés, certains ont déjà terminé la période d’isolement sanitaire à l’hôtel.

S’agissant des prix des billets, il a souligné que d’importants efforts ont été déployés pour les rendre à la portée des voyageurs malgré que des vols de rapatriement ont été programmés avec une faible capacité, ne dépassant pas des fois 25 à 30%, relevant que l’annonce des dates des vols au moins 48 heures à l’avance a permis aux voyageurs de prendre leurs dispositions nécessaires et se procurer leurs billets.