Quatre secteurs d’activités totalisent 80 pc des emplois industriels au niveau de Fès-Meknès, une région qui possède un historique d’industrialisation de plus de 60 ans, selon des données du Centre régional de l’Investissement (CRI).

Il s’agit du textile, de l’agroalimentaire, de l’automobile et de l’offshoring, précise le CRI de la région de Fès-Meknès, dont le tissu industriel contribue à hauteur de 5,8% du PIB national du secteur et engendre un chiffre d’affaires à l’export de 4,2 Milliards de DH (MMDH). La répartition de ces emplois par secteur place en première position le Textile et habillement avec 21.727 emplois, suivi de l’Automobile (9.602 emplois), l’Offshoring (9.321), l’agroalimentaire (7.699), la Construction (3.824), les Industries Mécaniques et Métallurgiques (1.945), le cuir (1.590) et la Parachimie (1.415).

La répartition de ces emplois par secteur place en première position le Textile et habillement avec 21.727 emplois, suivi de l’Automobile (9.602 emplois), l’Offshoring (9.321), l’agroalimentaire (7.699), la Construction (3.824), les Industries Mécaniques et Métallurgiques (1.945), le cuir (1.590) et la Parachimie (1.415).

Fès-Meknès constitue, aujourd’hui, l’une des plus importantes régions industrielles du Maroc, avec ses 1.619 unités extractives employant environ 43.000 personnes. L’agroalimentaire et le textile/cuir représentent à eux seuls 68,7 pc de la valeur ajoutée de l’industrie de la Région. Elle entend s’imposer, aux côtés de Kénitra et Tanger, comme un pôle majeur d’équipementiers automobiles

Selon une récente étude, la région, qui dispose d’atouts stratégiques sur les plans socio-économiques, se doit de relever cinq défis majeurs dans le but d’améliorer sa compétitivité et diversifier son industrie. La région est ainsi, appelée à définir une vraie proposition de valeur différenciatrice des filières présentes et attirer une ou deux locomotives afin de développer un écosystème autour de ces métiers.

À LIRE  LA BANQUE MONDIALE: 450 MILLIONS DE DOLLARS POUR AMÉLIORER L’INCLUSION FINANCIÈRE ET NUMÉRIQUE AU MAROC

Elle recommande également de mettre en place des incitations financières et fiscales par l’Etat et la Région, mettre à niveau les infrastructures (site et hors site) et déployer un effort commercial et de marketing soutenu.

La même source, qui note que le potentiel industriel de Fès-Meknès demeure encore ‘’peu exploité’’, met l’accent sur la dynamique « intéressante » enclenchée en matière de diversification de l’industrie autour de nouveaux moteurs industriels et sur le potentiel majeur d’industrialisation de la région en capitalisant sur les atouts stratégiques.