Les éléments du service préfectoral de la police judiciaire de Casablanca ont interpellé, mercredi, huit individus, dont trois ayant des antécédents judiciaires, pour avoir manipulé des systèmes automatisés de traitement des données en vue de fabriquer de faux pass vaccinaux en échange de sommes d’argent.

Le principal suspect, un agent d’autorité dans une annexe administrative de la métropole, a été interpelé en compagnie de six intermédiaires présumés impliqués dans ces activités et une femme soupçonnée d’avoir une relation illicite avec l’un des prévenus, indique un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN).

Selon les premiers éléments d’enquête, le principal mis en cause introduisait de fausses informations sur la base de données de la vaccination dans le but d’obtenir de faux pass au profit de personnes non vaccinées, en contrepartie de montants fixés en fonction du nombre de doses inscrites sur les faux documents, relate la même source.

Les autres prévenus auraient été complices de ces agissements. Les suspects ont été placés en garde à vue pour les besoins de l’enquête menée par le parquet compétent, afin d’identifier le reste des individus présumés impliqués dans ces activités criminelles, qui affectent directement la sécurité sanitaire publique, conclut le communiqué.

Avec-MAP-

À LIRE  L’Université Al Akhawayn obtient 1,2 million de dollars du Département d’Etat américain