Le port de Mohammedia disposera prochainement du premier terminal de gaz naturel liquéfié (GNL) au Maroc.

Le terminal portuaire sera équipé d’une unité flottante de stockage et de regazéification (FSRU). Les autorités portuaires marocaines (ANP) ont lancé un appel d’offres.

En avril de l’année dernière, l’ancien ministre des Transports Aziz Rabbah a lancé le premier appel d’offres pour la construction d’une unité capable de convertir du gaz liquéfié en gaz naturel.

Plusieurs sociétés internationales ont manifesté leur intérêt, dont la société britannique Sound Energy qui a signé fin décembre des accords d’un montant de 167 millions de DH (16 millions d’euros) pour la première phase du projet.

Le projet vise à créer la possibilité pour le Maroc d’importer du GNL par voie maritime. Le besoin de méthodes d’approvisionnement alternatives augmente, en particulier après que l’Algérie a cessé de fournir du gaz naturel au Maroc via le gazoduc Europe-Maghreb Pipeline Limited (EMPL) début novembre 2021 .

Le gazoduc EMPL a été mis en service il y a 25 ans (1996) et reliait l’Algérie à l’Espagne continentale et au Portugal, via le Maroc. Environ 10 milliards de mètres cubes de gaz naturel transitent chaque année par les gazoducs EMPL.

En échange du transit du gazoduc à travers le territoire marocain, Rabat recevait annuellement plus d’un milliard de m3 de gaz naturel. Cependant, le gel de l’approvisionnement algérien a peu d’effet sur l’approvisionnement énergétique national, selon les autorités.

Aziz Rabbah, ancien ministre du transport et de l’équipement, a lancé en avril dernier le premier appel d’offres pour la construction d’une unité capable de transformer le gaz liquéfié en gaz naturel au large des côtes marocaines.

À LIRE  Hausse de 19,5% des ventes DE CIMENT

Après que l’Algérie a cessé de fournir du gaz au Maroc en novembre 2021, le Royaume a mis en œuvre des moyens alternatifs pour sécuriser ses sources d’énergie.