La Cour de cassation a validé la condamnation du tueur d’Adnane Bouchouf à la peine de mort. La famille de la victime exige que la condamnation soit exécutée.

Après le jugement rendu par la Cour d’appel de Tanger condamnant le meurtrier du petit Adnane Bouchouf à la peine de mort, la Cour de Cassation de Rabat a confirmé ce mercredi le même jugement pour l’inculpé.

Janvier 2021, le meurtrier de 24 ans a été condamné pour des chefs d’accusation d’enlèvement, séquestration, attentat à la pudeur et meurtre avec préméditation.

Par ailleurs, trois autres personnes poursuivies dans cette même affaire avaient écopé chacun de 4 mois de prison ferme, pour «dissimulation de crime commis» et «non dénonciation des faits».

Pour rappel, le meurtre de Adnane Bouchouf a provoqué une vague d’indignation au Maroc. L’enfant de 11 ans a été retrouvé, en septembre 2020, corps sans vie, enterré non loin de chez lui, après avoir été séquestré, violé et tué par l’inculpé principal dans l’affaire.

À LIRE  Gestion déléguée: vers la création de sociétés régionales multiservices