Les hôpitaux du Maroc font face à une «pénurie aiguë» de 32.000 médecins et 65.000 infirmières alors que seulement 1.200 nouveaux médecins sont diplômés chaque année, a affirmé le ministre de la Santé et de la protection sociale, Khalid Ait Taleb, dans une interview accordée à Reuters.

Le Maroc envisage des augmentations de salaire pour les agents de santé et des incitations fiscales pour attirer les investisseurs étrangers et les médecins afin de combler les pénuries dans le système de santé alors qu’il lutte contre la pandémie et étend l’assurance médicale, a déclaré son ministre de la Santé.

Il a déjà supprimé les obstacles juridiques à l’investissement pour encourager les entreprises étrangères à participer au système de santé marocain et pourrait offrir des incitations fiscales ou des aides d’État à tous ceux qui travaillent dans des « déserts médicaux » mal desservis, a-t-il déclaré.

Le Maroc à la recherche de médecins étrangers 1
Le ministre de la Santé et de la protection sociale, Khalid Ait Taleb

Le Maroc a adopté des restrictions très strictes contre le COVID-19, avec un verrouillage strict en 2020 et une fermeture des frontières en réponse à la variante Omicron, mais il a également agi plus rapidement que ses voisins et ses pairs pour déployer les vaccins.

Malgré ses fermetures de frontières et ses laissez-passer obligatoires pour les vaccins dans les espaces publics, les cas enregistrés quotidiennement au Maroc ont atteint 7 336 mardi contre une centaine le mois dernier et Ait Taleb a déclaré qu’il s’attendait à ce qu’ils culminent début février et baissent en mars.

« Il est peu probable que nous allions jusqu’à rétablir un verrouillage complet. Cependant, un nouveau resserrement des mesures restrictives dépend de l’évolution de la pandémie », a-t-il déclaré.

À LIRE  Le Maroc se rêve en hub industriel aux portes de l’Europe

La fermeture de la frontière a touché le secteur vital du tourisme qui a généré 8 milliards de dollars, soit 7 % du produit intérieur brut du Maroc, en 2019, mais la Banque centrale s’attend à ce qu’il n’ait fait que 3,6 milliards de dollars cette année.

Le Maroc est le pays le plus vacciné d’Afrique. Sur un groupe ciblé de 28,5 millions, 83 % ont reçu deux injections de vaccin et 19 % ont reçu une dose de rappel. L’année dernière, la société pharmaceutique marocaine Sothema a signé un accord avec le chinois Sinopharm pour produire localement son vaccin contre le coronavirus.

Ait Taleb a déclaré que la production serait officiellement lancée cette année et exportée vers les pays africains, après des tests standard dans les installations de fabrication.

Les usines marocaines ne feraient initialement que « remplir et finir » les vaccins plutôt que de les fabriquer à partir de zéro. « Ensuite, nous achèterons des licences pour fabriquer le vaccin localement et lancerons la recherche et le développement », a-t-il déclaré.