Selon certains médias marocains, des vols sont autorisés au bon vouloir des autorités. Même la compagnie nationale fait voler des avions dans un espace aérien théoriquement fermé.

Le Maroc a prolongé le 24 décembre dernier la fermeture de ses frontières aériennes jusqu’à la fin du mois de janvier 2022, dans le cadre de la lutte contre le Covid-19. Dans le même temps, l’opération de rapatriement des ressortissants bloqués à l’étranger était arrêtée face à la propagation rapide du variant Omicron. Or, si le Maroc est de nouveau sous bulle sanitaire, des avions privés circuleraient librement entre l’Europe et le Maroc, selon le journal Assabah. Les organisateurs de ces vols «charters» particuliers louent des avions d’affaire et obtiennent des autorisations de vol auprès d’un service du ministère des Affaires étrangères, affirme le site H24 Info qui reprend l’information.

Chaque voyageur paie jusqu’à 200. 000 DH (19. 000 euros) pour un vol et doit présenter un schéma vaccinal à jour afin d’être pris en compte dans le permis de voyage exceptionnel délivré par le service compétent du ministère des Affaires étrangères. Selon une source agissant dans le secteur des droits de l’Homme, ces vols « secrets » constituent une violation de la décision souveraine de suspension des vols prise par le gouvernement, remettant en cause par ailleurs la légalité des autorisations accordées par le ministère des Affaires étrangères.

À LIRE  Environnement : Le Roi Mohammed VI adresse un message à la COP26