Un total de 300.000 familles ont bénéficié du programme national «Villes sans bidonvilles» et près de 150.000 familles attendent toujours leur tour, selon la ministre de l’Habitat et de la Politique de la ville, Fatima Ezzahra El Mansouri.

Le programme « Villes sans bidonvilles », qui a été lancé en 2004, a permis à plus de 300.000 familles de bénéficier d’une enveloppe financière estimée à 40 milliards, à laquelle le ministère a contribué à hauteur de 10 milliards, rappelle la ministre.

Pourtant c’est 150.000 familles qui souffrent encore du problème du logement dans les bidonvilles. En réponse à cette problématique, elle soutient que « le programme des Villes sans bidonvilles » se heurte à plusieurs contraintes, car la construction des bidonvilles ne permet pas de contrôler le recensement de la population, une pénurie de biens immobiliers dans les grandes villes, et le faible pouvoir d’achat des habitants.

Fatima Zahra Mansouri a conclu que « Le ministère prépare une nouvelle vision basée sur les nouvelles technologies pour contrôler le recensement du nombre d’habitants des bidonvilles et le relogement sur place ; Ou l’environnement dans les limites du possible, en renforçant le partenariat entre les secteurs public et privé, ainsi qu’en impliquant de nouveaux acteurs, notamment les partis, pour résoudre la crise des bidonvilles. »

A ce titre, le ministère de l’Habitat compte mettre en place un nouveau programme d’offre de logements, selon les recommandations de la Commission du nouveau modèle de développement. Celles-ci consistent en l’amélioration de l’accès au logement et en l’adoption d’une politique de l’habitat qui favorise la mixité sociale. Autres recommandations émises: une meilleure contribution à la mobilité et à l’inclusion socio-économique, un meilleur cadre de vie, de même qu’un usage efficient des ressources publiques.

À LIRE  le Maroc et l'ISRAËL signent un accord de coopération en matière de cybersécurité

Le futur programme du ministère de l’Habitat prévoit aussi de se baser sur les résultats de consultations qui auront été lancées par ce département, auprès des acteurs du secteur.